Une blonde pas banale

Article publié le 26 avril 2008
Publié par la communauté
Article publié le 26 avril 2008
A Paris, avoir les cheveux blond platine est quelque chose d’assez particulier. J’ai toujours pensé que les Alpha Blondettes jouissaient d’un statut spécial dans cette ville, mais je suis désormais convaincue que nous ne sommes pas uniquement considérées comme des excentriques mais aussi comme des espèces en voie de disparition. Une fois, je me promenais dans la rue quand une voiture bourrée de mecs passait par là. Le commentaire fut aussi éloquent que profond : « Regardez, il y a une blonde qui marche dans la rue ! »

Qui peut attraper une blonde ?

Etre blonde a ses bons et ses mauvais côtés. Premièrement, vous n’oubliez jamais que vous existez. Qu’importe ce que vous portez, même si vous sortez avec une tunique qui vous couvre de la tête aux pieds, il y a toujours une touffe de cheveux qui dépasse de la masse de vêtements, vous rappelant inlassablement à vous-même. Ensuite, vous devenez un as de la linguistique quand vous  parvenez à interpréter des bruits tels que « muuah », « tsss », « hrrr », « uuuuph ». Vous développez également une faculté d’esquive à la Matrix pour échapper aux hommes louches dans la rue qui veulent toucher vos cheveux ; je suppose qu’il y a une magie protectrice là dedans.

Quand vous avez passé environ un quart de siècle avec une tignasse décolorée, vous ne considérez certainement pas cela comme un phénomène sortant de l’ordinaire. Par ailleurs, certains hommes estiment me faire un compliment quand ils constatent quelque chose d’aussi évident que la couleur de mes cheveux. Une fois, un homme s’est assis à côté de moi dans le métro et s’est embarqué dans un truc qui ressemblait à un discours de drague en disant « j’aime les blondes ». Manifestement, il pensait avoir mis dans le mil et attendait ma réaction avec un visage qui arborait un sourire des plus satisfaits. De façon assez évidente, je n’étais pas impressionnée.

Aimant magique

Malgré les réactions de testostérone qui troublent ma vie quotidienne, c’est plutôt sympa d’être blonde. J’ai l’impression que l’on me passe beaucoup de choses et je suis sûre que l’on me pardonnerait même un crime d’Etat grâce à la ligne de cheveux blonds qui orne mon sourire angélique.

Porter des cheveux clairs, ça a aussi son revers de médaille : quand vous avez l’air différent, plus de choses tendent à vous arriver. L’être humain n’est pas seulement un être intriguant, il est aussi très curieux et je rencontre souvent des gens qui m’abordent comme une bête curieuse. De plus, vous obtenez plein de choses comme ce film d’animation pornographique japonais que j’ai « gagné » à l’occasion d’une loterie dans un bar.

Donnez-moi une main, je vous prends le bras

Il y a, malgré tout, un effet domino : Vous êtes tellement habituée à être exceptionnelle que cela vous interpelle quand  on vous traite normalement. Comment se fait-il que les mêmes tarifs me soient appliqués ? Aucune réduction pour les blondes ?

Ou, si je rencontre par hasard une autre Alpha Blondette marchant dans la rue, une jalousie soudaine m’assaille : Pour qui elle se prend ? Je suis La blonde de Paris

Soili Semkina

Traduction : Sophie Helbert