Un semestre européen qui discipline l’économie

Article publié le 24 mars 2011
Article publié le 24 mars 2011
Par Eva Donelli Au cour de la conférence de presse de ce matin au Conseil européen, le président de la Commission européenne, Jose Manuel Barroso, a voulu souligner les progrès atteints concernant la situation économique en Europe. L'un d'eux est la mise en fonction du « semestre européen », un « instrument de discipline budgétaire » s’inscrivant dans le cadre de la stratégie Europe 2020.

Le semestre européen, une des premières initiatives introduite par le groupe de travail sur la gouvernance économique dirigé par Herman Van Rompuy, a été adopté par les ministres des Finances de l'UE le 7 septembre 2011, et a débuté cette année. Il s’agit d’un cycle de surveillance de janvier à juillet chaque année, au cours duquel « les politiques budgétaires et structurelles des États membres seront passées en revue afin d'y détecter les incohérences ou signes de déséquilibre éventuels » avec pour objectif de « renforcer la coordination pendant que les décisions budgétaires importantes sont encore au stade de l'élaboration. »

Cet instrument de supervision prévoit des sanctions en cas de mise en danger de la stabilité financière européenne contre les États responsables. Par ailleurs, les États membres devront, au travers de mesures nationales, s'adapter à ce semestre européen d'ici l'année prochaine.

Les présidents Barroso et Van Rompuy se sont dits sensibles face aux manifestations qui se sont déroulées ce matin dans les rues de la capitale belge pour dire non aux mesures d’austérité en Europe et au recul social. Ils ont affirmé que les mesures pour la réduction de la dette publique ne sont pas contraires mais complémentaires à la réalisation des principaux buts commun: la croissance économique et la création d’emploi.