Un programme engagé pour Esperanzah! 2016

Article publié le 3 août 2016
Article publié le 3 août 2016

Le TTIP, les lanceurs d'alerte, la campagne « Chassons les vrais monstres ! » ... Tous ces thèmes seront abordés sous forme de films, de débats, d'arts de rue.  Où ça ? À Esperanzah pardi ! Et en plus il y aura de la musique du monde entier!

« Les chômeurs sont contrôlés comme s’ils étaient responsables du taux de chômage. Les réfugiés sont chassés comme s’ils avaient provoqué la guerre qu’ils fuient. Les lanceurs d’alerte sont condamnés à la place des évadés fiscaux qu’ils dénoncent. [...] Et si pour une fois on regardait au bon endroit ? Et si on condamnait les vrais responsables… Et si on chassait les vrais monstres ?! » C'est par ces mots que commence un communiqué de presse d'Esperanzah! Ce festival est depuis longtemps connu pour son côté engagé et ce n'est pas la 15e édition qui fera exception.

Esperanzah! et son principal partenaire le CNCD-11.11.11, le Centre national de coopération au développement qui rassemble plus de 90 organisations engagées en faveur de la solidarité Nord-Sud, lancent également leur campagne de sensibilisation 2016 : « Chassons les vrais monstres ! »

Envers et contre le TTIP

Lors de l'édition précédente, les festivaliers avaient manifesté pour que les chefs d'État s'engagent de manière ambitieuse à la COP21. Cette année, l'accord commercial entre l'UE et les États-Unis (TTIP) est au centre de toutes les attentions. L’asbl Z!, organisatrice du festival, a même produit un court-métrage de fiction sur le sujet: « Diversion ». Objectif : mobiliser le public contre le TTIP. Véritable oeuvre sociale et politique, le film questionne le paradoxe entre les replis culturels de plus en plus forts et une libéralisation économique sauvage et violente.

« Attention à la diversion ! Les réfugiés ne sont pas une menace. Le vrai danger c’est le TTIP et les traités de libre-échange. La diversion consiste à pointer du doigt des boucs émissaires ou à agiter des peurs, afin de faire passer des décisions contraires à l’intérêt général », peut-on lire sur le site d'Esperanzah. 

Les lanceurs d'alerte ont la parole

À côté de la musique et de films engagés comme « Merci Patron », il y aura également des débats. Pour la 15e édition, les « whistleblowers » seront mis à l'honneur lors du débat « Les lanceurs d’alerte, sentinelles de la démocratie. » Seront présents : Alain Deltour, ancien auditeur de PwC mis sur la sellette au Luxembourg pour avoir dévoilé les petits secrets fiscaux des multinationales (« LuxLeaks »), et David Leloup , journaliste d’investigation et auteur du film « A leak in paradise ».

Esperanzah prouve ainsi à nouveau qu'il s'agit bien plus que d'un simple festival de musique.