Un peu cinglé sur les bords

Article publié le 22 juin 2005
Article publié le 22 juin 2005

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Les euphémismes sont très courants dans les langues. Un de mes préférés est l'expression anglaise qui décrit quelqu'un d’un peu fou comme étant le sandwich qui manque au pique-nique. Cela me rappelle la grande tradition anglaise des sandwiches au concombre préparés avec du pain de mie -bien entendu- dont on a préalablement retiré la croûte. La version plus américaine « few fries short of a Happy meal » aborde le peu de raison par des frites qui manquent au repas, alors que « one beer short of a six-pack », c’est-à-dire la bière qui fait défaut au paquet de six, pourrait bien venir des Australiens, amateurs de Foster. Il est amusant de constater que toutes ces expressions sont « alimentaires ». Sur le continent, les individus quelque peu dérangés sont décrits de manière un peu différente : en Allemagne, ils n’ont pas toutes les tasses dans l'armoire, en Italie il leur manque un rouage et en Espagne ils ont mal serré une visse. En France, étrangement, ils ont une araignée au plafond !