Un petit sommet pour un joyeux anniversaire ! 

Article publié le 19 décembre 2014
Article publié le 19 décembre 2014

L’Alliance D19/20 voulait réaffirmer sa mobilisation en encerclant pacifiquement le Conseil européen du 19 décembre, un an après sa première mobilisation. Ce dernier ayant été écourté à seulement une soirée, les manifestants n’ont pas pu croiser les chefs d’Etat et de gouvernement ce vendredi matin.

Il y a un an, le 19 décembre 2013, Cafébabel Bruxelles couvrait le premier rassemblement de l’Alliance D19/20 : une alliance interprofessionnelle d’agriculteurs, d’associations, de syndicats et de partis politiques constituée en contestation du TSCG (Traité pour la sta­bi­lité, la co­or­di­na­tion et la gou­ver­nance) qui im­pose le TTIP (Traité Trans­at­lan­tique) ainsi que des me­sures d’aus­té­rité par­tout à tra­vers l’Eu­rope. Cette année, l’Alliance D19/20 voulait réaffirmer sa mobilisation en encerclant pacifiquement le Conseil européen du 19 décembre. Ce dernier ayant été écourté à seulement une soirée, les manifestants n’ont pas pu croiser les chefs d’Etat et de gouvernement ce vendredi matin. Leur action fut toutefois maintenue. Malgré la pluie,  plus de 4000 personnes, 30 tracteurs, des délégations de France, d’Allemagne, d’Espagne et des Pays-Bas ont défilé dans le quartier européen et fait des actions tout au long de la journée (discours, manifestations, chansons, concerts) pour demander l’arrêt des mesures d’austérité en Europe et l’arrêt des négociations du Traité Transatlantique. 

Retour sur le sommet 

Un « petit » sommet donc qui, se voulant rapide et efficace, n’a discuté que de deux des points à l’agenda, à savoir le désormais fameux « Plan Juncker » et la situation ukrainienne.

Si les conclusions de ce sommet étaient unanimes et convaincues concernant la volonté d’une mise en place rapide (dès début 2015) des fonds du fameux « Plan Juncker », elles l’ont été beaucoup moins concernant l’Ukraine et les relations avec la Russie.

C’est donc l’investissement qui était au centre de ce dernier sommet européen de l’année avec la mise en place du plan d’investissement de 315 milliards d’euros destiné à relancer la croissance en Europe. En revanche, la Commission laisse aux Etats la liberté de décider des sources de financement de ce plan d’investissement, « certains voulant mettre plus, d’autres moins » déclare Jean-Claude Juncker. Pour le dernier sommet sous Présidence italienne du Conseil, Matteo Renzi a réaffirmé et légué à la future Présidence lettone l’une de ses priorités principales : la croissance.

Pour son premier sommet européen, le nouveau Président du Conseil, Donald Tusk, a timidement confirmé la solidarité européenne envers l’Ukraine ainsi qu’une aide économique et humanitaire. Sans évoquer de nouvelles sanctions contre la Russie, les chefs d’Etat se sont tous voulus prudents. Jean-Claude Juncker insistant sur la nécessité de garder ouverts les canaux de dialogue avec la Russie.  

Enfin, tous ont réaffirmé la volonté de conclure d’ici 2015 les négociations concernant le TTIP.

TTIP réaffirmé, la mobilisation continue pour l’Alliance

« Nous ne relâcherons pas la pression, nous continuerons les actions tout au long de l’année 2015 » nous confie un membre de l’Alliance.

Très inquiets pour l’avenir de l’agriculture locale, des services publics, de la culture etc. par l’ouverture du marché entre les Etats-Unis et l’Union européenne, les membres de l’Alliance D19/20 ont occupé vers 9h ce vendredi matin deux des principaux lobbies très impliqués dans la conduite des négociations : Business Europe, représentant les intérêts des entrepreneurs, et l’association FoodDrink Europe, lobby de l’industrie agroalimentaire.

Alors que le Conseil européen fut expédié dans une ambiance feutrée, la rue poursuit son mouvement, prônant en musique et en chanson une autre direction pour l’Union européenne.