Un maire hongrois réalise un film d'action contre l'immigration

Article publié le 21 septembre 2015
Article publié le 21 septembre 2015

Une musique de film d'action toujours plus intense, des références à Google Maps, et bien entendu, des images aériennes de la nouvelle frontière avec la Serbie : le court-métrage du maire de cette petite ville suffira-t-il à décourager les réfugiés de passer par la Hongrie ? 

László Toroczkai, le maire ultra-nationaliste d'Ásotthalom, une petite ville frontalière au Sud de la Hongrie, a un penchant pour la mise en scène. L'élu est tellement à droite de la droite que sa position lui a valu d'être interdit du Parti Hongrois de la justice et de la vie, la formation la plus à droite du pays, qui a en revanche contribué à la publication de son film amateur.

Dans le passé, Toroczkai a été banni des territoires de Serbie, de Roumanie et de Slovaquie pour irrédentisme, dirigeant le Mouvement de jeunesse des soixante-quatre comitats, qui souhaite essentiellement que la Hongrie retrouve le territoire qu'elle a cédé après la Première Guerre Mondiale. En 2006, ce groupe a mené l'assault contre le bâtiment de MTV, la société internationale de télévision, s'affichant en vainqueur.

Depuis son élection à Ásotthalom, grâce à un incroyable pourcentage de vote à 71,5% (avec certes un taux de participation de 37,4%), Toroczkai a, semble-t-il, fait profil bas, cachant son passé fasciste. Jusqu'à maintenant.

Avertissement aux réfugiés aux frontières de la Hongrie