Un lustre magique et gourmand

Article publié le 1 décembre 2015
Article publié le 1 décembre 2015

Les illuminations de Strasbourg ont commencé ce vendredi 27 novembre, enveloppant la ville dans la féérie de Noël. Cette édition 2015 annonce des fêtes placées sous le signe de la gourmandise avec une nouveauté : un lustre « magique et gourmand ».

Le coup d’envoi des illuminations a été lancé ce vendredi 27 novembre. À 18h30 précise, des centaines de rues de la capitale de Noël se pareront de leurs habits de fête. La chanteuse Anggun et le comédien Thierry Neuvic ont appuyé sur le bouton en clôture de cérémonie. En un instant, les décorations devenues incontournables au fil des années – la Porte de Lumières ornant la rue du vieux marché aux poissons, l’arbre bleu trônant sur la place Gutenberg ou les Anges survolant la rue Mercière – ont prie vie dans un éclat de lumières.

Pierre Bardet, le président des Vitrines de Strasbourg à l’initiative des décorations, a concocté une nouveauté pour cet hiver, un lustre magique et gourmand. « Je me suis lâché », prévient-il dans un sourire. Sa structure a en effet de quoi impressionner : d’une hauteur de 3,5 mètres et d’un diamètre de 6 mètres, elle présente trois étages de lumières avec une cascade de gourmandises composée de sablés, de religieuses et de sucres d’orge.

Avec sa taille impressionnante, son emplacement a été tout trouvé, au croisement entre la rue du Fossé des Tanneurs et Grand’Rue. « C’est le point de passage des touristes, entre la gare et la Porte de Lumières », note Pierre Bardet. « Les passants pourront se prendre en photo dessous », annonce-t-il en imaginant la joie des visiteurs.

Apporter du rêve

Les entrées de la Grand’Rue sont assorties au lustre, d’un côté, au croisement de la rue des Francs bourgeois, avec un rideau orné de sablés en forme de cœur avec sa friandise à la framboise ; de l’autre, près de l’église Saint-Pierre-le-Vieux, avec un arbre dans lequel sont suspendus bonbons et sucres d’orge.

Le président des Vitrines de Strasbourg travaille depuis le début de l’été sur ce projet. « Réduire la consommation d’énergie est l’une de mes priorités. Le lustre ne consommera pas plus de 1635 watt, une puissance électrique similaire à celle d’un aspirateur », se félicite-t-il.

Une centaine de rues des différents quartiers de la ville sont illuminées chaque année. « Mon objectif est d’apporter du rêve et que les gens trouvent que Strasbourg est la plus belle ville au monde. Pour cela, il faut un renouvellement continue », affirme Pierre Bardet. Cette année, il garni Strasbourg de plus de mannele pour assurer à tous un Noël gourmand.

Célia Garcia-Montero