Un agenda européen chargé

Article publié le 13 octobre 2008
Article publié le 13 octobre 2008
Alors que le Conseil européen se réunit à propos du traité de Lisbonne, la Pologne fait le plein d'énergie et Bruxelles met le paquet sur la sécurité routière.

Routes européennes, banques européennes

(jeremy.wilburn/flickr)Le 13 octobre est la journée de la sécurité routière, mais Bruxelles est bien plus préoccupé par le Conseil européen du 14 au 15 octobre, sur l'adoption du paquet sur l'immigration et sur la Russie. Mais le sommet sera sûrement dominé par la crise financière, après un sommet d'urgence des plus grands pays européens les 4 et 5 octobre en France qui n'a abouti à aucun consensus. Les chefs de gouvernement seront sous pression cette semaine car ils devront montrer, comme l'a affirmé le président de la Commission européenne Durao Barroso, qu'ils sont capables de se coordonner.

Aïe-rlande

(Strudel Monkey/flickr)Pour de nombreuses personnes, les difficultés actuelles rendent la ratification du traité de Lisbonne encore plus urgente. Selon le Conseil européen de juin, les Irlandais avaient besoin de temps après le « non » du 12 juin. S'exprimant au Parlement européen la semaine dernière, le Ministre des affaires étrangères, Micheál Martin, a refusé de se prononcer sur la possibilité d'un référendum et sur la date à laquelle il pourrait avoir lieu. Lors du conseil de cette semaine, l'Irlande va présenter une étude sur les raisons du « non » irlandais. Jusqu'à présent, les enquêtes montrent que le manque d'information et de compréhension sont les principales raisons de ce vote négatif. On s'attend à ce que le gouvernement confirme que le traité ne pourra pas être ratifié avant les élections européennes en juin 2009. Une proposition définitive sur le processus n'aura sans doute pas lieu avant le prochain conseil prévu en décembre.

La Pologne en ébullition après le Super mardi de l'environnement

(Mason Lake/flickr)La Pologne va présenter ses idées pour améliorer le plan de solidarité énergétique de l'UE au sommet européen du 15 octobre. Actuellement l'UE est obligée d'intervenir si 20 % de l'approvisionnement en gaz sont menacés en Europe. Varsovie souhaite un accord qui s'applique seulement si 50 % des importations d'énergie d'un seul Etat membre sont interrompues. Une éventualité beaucoup plus probable.

Le Super Mardi de l'environnement qui s'est tenu au Parlement européen le 7 octobre, durant lequel la Commission sur l'environnement a résisté aux pressions lors de trois votes clés, a été bien accueilli par la Commission européenne entre autres. Le 15 octobre, la commission va publier une déclaration sur la réduction de la déforestation, responsable de 20 % du total des émissions de CO2. L'environnement, le changement climatique et l'énergie seront aussi au menu du sommet UE-Canada à Montréal, le 17 octobre.

Ne manquez pas : la nouvelle commissaire au commerce

(Image: European commission)La deuxième édition des Journées des jeunes médias européens aura lieu du 15 au 17 octobre, et rassemblera deux cent journalistes venus des 27, à Bruxelles. Certains d'entre eux auront peut-être la chance d'interviewer une nouvelle venue, la nouvelle commissaire au commerce, la baronne britannique Ashton, qui prend les rênes abandonnés par Peter Mandelson le 3 octobre après son retour dans le gouvernement britannique.

Et pendant ce temps, en Chine...

(Image: jackfrench/ Flickr)Rouleaux de printemps, raviolis à la vapeur et loterie avec un séjour de trois nuits dans un hôtel de luxe à la clé. Ils étaient des centaines, députés ou fonctionnaires, à participer à l'exposition promotionnelle organisée le 7 octobre dernier au Parlement européen. Malheureusement pour eux, étaient exposés au même moment d'autres visages de la Chine : une exposition d'art tibétain, une exposition de photos taïwanaises et l'avant-première d'un court-métrage de Gianluca Petrazzi interprété par Raul Bova sur la peine de mort. L'œuvre s'intitule 15 secondes (le temps nécessaire pour mourir sur la chaise électrique)... Moins appétissant apparemment.