Trierweiler ou l’art de « tourner son pouce 7 fois avant de tweeter »

Article publié le 26 juillet 2012
Article publié le 26 juillet 2012
Valérie Trierweiler peut être considérée comme le dernier phénomène Twitter. Son tweet venimeux – une gifle à Ségolène Royal – lui a bien fait comprendre que la prochaine fois, elle devra tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler ou devrait-on dire de tourner sept fois son pouce avant de tweeter. Avez-vous seulement pris le temps de l’imaginer en train de le faire ?

 Même si vous n’arrivez toujours pas à prononcer son nom, vous l’aurez bien compris, le soutien de la première dame àOlivier Falorni – rival de Ségolène Royal – lors des précédentes élections législatives a semble-t-il terni l'image « normale » du président. La solution de François Hollande ? « Valérie, mon petit sucre d'orge, la prochaine fois, tourne sept fois ta langue dans ta bouche avant de parler.»

Face à la redondance du dicton français (où pourrait-on tourner sa langue ailleurs que dans sa bouche ?) les Anglophones et les Hispanophones optent pour une version brève de l’expression avec « think twice » et « pensárselo dos veces » ( « penser deux fois » sous entendu, avant de parler). Les Allemands quant à eux jouent un peu plus les alchimistes en recommandant de peser chaque mot sur la balance : « jedes Wort auf die Goldwaage legen » avant d’ouvrir la bouche.

Chez les locuteurs polonais, on peut dire que le conseil est plus catégorique. Ils invitent Valérie Trierweiler à « ugryźć się w język » (littéralement « se mordre la langue »), s’ils ne lui disent pas avant de « trzymać język za zębami » (« tenir sa langue derrière ses dents »). Les Italiens font preuve de plus de calme et proposent de « contare fino a dieci prima di parlare » (« compter jusqu’à dix avant de parler »). Et si vous pensez qu’à cafebabel.com on ne lit pas de littérature classique, voici une bonne résolution d’Horace pour notre petit sucre d'orge favori : « nescit vox missa reverti » (à savoir : « une parole une fois lancée ne peut revenir »).

Photo : (cc) jj look/Flickr