Tribulations académiques

Article publié le 21 avril 2006
Article publié le 21 avril 2006

Une récente étude a démontré que sur les vingt meilleures universités du monde, deux seulement se trouvent en Europe. Un chiffre troublant qui s’explique au vu des difficultés pour détailler ses références académiques lors d’un quelconque cocktail sur le continent. Un bachelor (titulaire d’une licence) hollandais qui discute avec un étudiant français, aura de fortes chances de voir son interlocuteur le prendre pour un jeune bachelier, « bachelor » étant finalement très proche du baccalauréat hexagonal. L’Italien se greffant à la conversation va définitivement croire que son homologue hollandais a terminé ses études, c'est-à-dire qu'il est un «laureato», fraîchement émoulu de l’université. «Tu es donc 'licenciado' ?» lui lancera l’Espagnol, devant une assemblée convaincue qu’il parle d’une autorisation quelconque. Le Portuguais qui décide de se joindre à la conversation, évoquera lui rapidement son « curso» (cursus), se plaignant des diverses « cadeiras » existantes (classes mais littéralement signifiant « chaise »). Il est à parier que le Néerlandais, déconcerté par la tournure des discussions, décidera sagement de ne pas s’attarder sur le Master qu’il prépare.