The Fratellis et Paul Weller : sorties rock et barroques

Article publié le 21 mai 2008
Article publié le 21 mai 2008

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Le café label de mai avec en exclusivité un parade de monstres en Allemagne, les guitares des Fratellis écossais, un Italien en Californie et le retour Paul Weller au Royaume-uni.

The FratellisHere we stand

The Fratellis | ©myspace.com/ littlebabyfratelli

Les Ecossais de haut-vol sont de retour. Au Royaume-Uni, The Fratellis ont fait partie sans conteste des valeurs sûres et montantes de l’année 2007. Propulsés numéro 2 du Top 50 dès leur premier album intitulé Costello Music (sorti en 2006), ils décrochent très vite un disque de platine et se placent au cœur de la scène rock. Le quotidien britannique Sunday Times les a même vu comme le « le futur grand coup » et selon le NME, on ne peut pas les passer sous silence. Avec ce deuxième album Here we stand, un live en direct de Glasgow, les musiciens qu’on connait sous les noms de Jon, Mince et Barry proposent quelques chansons plus ou moins anciennes, et quelques inédits.

Sorti le 6 Juin - Universal

My baby wants to eat your pussy - Ignorance and Vision

MBWTEYP | ©myspace/ mbwteyp

Leur nom de groupe est certes un peu étrange ! Mais à voir sur scène ces six allemands, on se demande vraiment quelle étiquette leur coller. Ils ont l’air à la fois d’acrobates de cirque et de héros de science-fiction, tout droit venus des années 70 ou du film mythique The Rocky horror picture show. Ces rockers glam’ de Mannheim, au Sud-ouest de l’Allemagne, se produisent dans un spectacle grandiose mêlant le rock, le trash et le surréalisme. Depuis que ce drôle de groupe s’est constitué il y a quatre ans, il a déjà une troupe de fans qui les suit sur toutes les scènes d’Europe, avant même qu’ils sortent officiellement leur premier album. Avec Ignorance et vision : c’est chose faite. Il ne reste plus qu’à espérer que cette musique métissée et un rien délirante fonctionne aussi bien sans l’aide d’une mise en scène baroque.

Sorti le 23 mai- Sub Pop/ Cargo Records

Robert Delirio – California Republic

Vous vous demanderez probablement ce que vient faire un californien dans une chronique musicale d’un webzine européen. C’est très simple : le Californien en question est en réalité italien. Il vit à l’Ouest des Etats-Unis mais chante toujours dans sa langue maternelle. Dans la péninsule Robert Delirio reste connu comme le fondateur du célèbre groupe hardcore punk Atrox. Dans les années 90, il amorça un virage à 180 degrés et partit à la recherche de nouvelles sources d’inspiration, se produisant soudain en solo de Milan à Singapour après avoir même fait un petit détour par un kibboutz israélien. L’errance a été fructueuse à en juger par son nouvel album « California Republic » délayant dans une même sauce le punk transalpin, le hip-hop latino et la techno transe états-unienne qui lui fait bien mériter son nouvel état-civil musical : Digi-core.

Label Atrox / disponible sur www.robertdelirio.com

Paul Weller - 22 dreams

Paul Weller - Queen's Birthday Honours listPaul Weller a profité de son 50e anniversaire qu’il vient de fêter récemment pour annoncer son retour sous les feux de la rampe avec un nouvel album Rockcircus. Paul est un musicos cool nourri d’influences rythmiques différentes parmi les plus passionnantes de la dernière décennie. Avec ce 9e enregistrement studio, 22 Dreams, ce gentilhomme britannique déploie un véritable tour de force kaléidoscopique pour faire une heureuse synthèse de rock, de funk, de soul, de music free-jazz, de chant parlé et de techno pour nous entraîner dans une odyssée de 70 minutes avec une telle énergie et une telle fougue que certains musiciens plus jeunes à côté de lui paraissent bien asthmatiques. Paul Weller est donc de retour, invitant d’anciens amis comme Oasis et Blur à contribuer à la production de cet album. En voyant ainsi deux anciens groupes rivaux s’unir pour s’incliner devant le Maître, le monde de la pop anglaise mesure avec délectation la dimension historique de cet évènement.

Label  Universal