Tête de Turc

Article publié le 28 septembre 2005
Article publié le 28 septembre 2005

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

« Mamma li turchi » (« Maman, les Turcs ! ») s’exclameront peut-être quelques hauts fonctionnaires italiens le 3 octobre prochain, date à laquelle s’ouvriront à Bruxelles les négociations pour l’adhésion de la Turquie à l’Union. L’expression proviendrait des fréquentes incursions des pirates sarrasins sur les côtes du Mezzogiorno. A en croire les langues des 25, l’intégration de la Turquie s’annonce ardue. Les méticuleux Allemands seront ainsi enclins à redouter une falsification de documents, puisqu’outre Rhin, « türken » signifie truquer. De leur côté, les Britanniques craindront probablement une « turkey », l’équivalent d’un fiasco. Et ce, malgré l’appui de Londres à la candidature d’Ankara. Au final, les Français et les Espagnols sauveront peut-être les Turcs : « ne les traitons pas comme des têtes de Turc ou ‘cabeza de turco’ ! » diront-ils. Une dénomination qui trouve ses racines dans un jeu populaire des fêtes antiques consistant à frapper le plus fort possible une cible représentant un visage de Turc.