Terracotta Army: l’armée de l’empereur Qin prend ses quartiers d’hiver

Article publié le 23 novembre 2012
Article publié le 23 novembre 2012
Par Aris Kokkinos L’armée reconstituée du légendaire premier empereur est à Bruxelles, du 19 novembre 2012 au 17 février 2013. A tout seigneur tout honneur: pour sa première exposition-événement, c’est le palais de la Bourse qui accueille les soldats de terre cuite.

En 1974, en creusant un puit, des fermiers de Xi’an (est de la Chine) découvrent des guerriers de terre cuite. Des archéologues arrivent. Stupéfaction : une armée en argile de 8000 soldats, chevaux et chars, sont au garde à vous depuis le troisième siècle avant notre ère. Alignés dans des fosses, ils protègent Qin Shi Huang, le premier empereur de Chine, jusque dans l’au-delà.

Brusseliana Jones et l’expo grandiose

A Bruxelles, l’exposition présente les répliques de plus de 150 guerriers, chevaux et chars. Elle est accompagnée d’une mise en scène spectaculaire: un diorama décrit le site archéologique de 56 km², déclaré patrimoine culturel mondial par l’UNESCO en 1987, et un son et lumière évoque l’histoire du premier empereur. Brussels Major Events, organisatrice en 2011 de l’exposition «Toutankhamon, son Tombeau et ses trésors», est à nouveau aux commandes. Terracotta Army a déjà séduit 14 villes européennes. Les répliques exactes exposées ont été fabriquées par des artisans chinois de la région de Xian, dans le but de rendre ces trésors accessibles au public tout en préservant les originaux.

, responsable presse de l’exposition, nous explique ce choix

«Le gouvernement chinois est réticent à prêter ces œuvres uniques, qui sont à la fois lourdes et fragiles. Chaque pièce pèse aux alentours de 300 kilos, le transport est difficile, la conservation aussi. L’exposition permet au grand public d’admirer ces œuvres à l’identique».

Renaissance de la Bourse

L’exposition ne pouvait avoir un meilleur contexte que la Bourse de Bruxelles, palais néo-renaissance érigé au XIXe siècle, et comptant lui aussi des chefs d’œuvre de sculpteurs tels Auguste Rodin. Informatisation oblige, la Bourse n’était que partiellement occupée par Euronext, sa maison-mère. En 2011 la Ville de Bruxelles a donc décidé d’en récupérer la pleine propriété, en la dédiant à des événements culturels d’exception.

Philippe Close, Echevin du Tourisme de Bruxelles, envisage l’avenir énergiquement

«Notre volonté est de continuer à développer un projet de ville qui attire un public important vers la capitale, et ainsi de participer de manière active à la valorisation de Bruxelles en tant que destination touristique.»

Cette première exposition en annonçant d’autres, cháng shòu, longue vie, à la nouvelle Bourse!