Tel-Aviv sur Seine suscite la polémique 

Article publié le 16 août 2015
Article publié le 16 août 2015

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Hier, sur les quais de Seine, 500 policiers étaient mobilisés à l’occasion de la manifestation culturelle « Tel-Aviv sur Seine ». Cette mesure a été prise en raison du rassemblement attenant de sympathisants à la cause palestinienne. Ceux-ci manifestaient contre cette fête organisée par la mairie de Paris. Impressions et points de vue.

L’organisation de l’évènement avait déjà provoqué une controverse au sein du monde politique et médiatique français et même parmi les organisateurs de la manifestation à la mairie de Paris. Une pétition réclamant l’annulation de l’évènement avait recueilli 22 000 signatures. La maire de Paris, Anne Hidalgo, a finalement décidé de maintenir l’événement consacré à Tel-Aviv dans le cadre de l’animation Paris-Plages. La capitale israélienne y était invitée aux côtés d’autres villes dans le monde. 

D’importantes mesures de sécurité ont été prises pour encadrer les deux rassemblements. Ils se sont déroulés sans heurts mais non sans émotion. Il est évident que le « côté israélien » a eu nettement plus de succès. Pas étonnant sans doute si l’on considère que les visiteurs devaient finalement choisir entre une fête et une manifestation…

René, qui vit à deux pas de la mairie et était avec moi dans la file qui menait à la fête de Tel-Aviv : «Je ne sais pas encore si je me rendrai aux autres événements. En fait, je suis venu pour Tel-Aviv sur Seine. Le déploiement policier ne me surprend pas. Le dispositif de sécurité est toujours gigantesque lorsqu’il s’agit de ce conflit. Je suis plutôt étonné de m’être déjà habitué à cette présence policière dans les rues de Paris. Je dois ajouter que c’est seulement à travers les débats dans les médias que je me suis intéressé à cet évènement.»

Floriane et Alem, deux jeunes femmes toulousaines, toutes deux voilées, regardent du côté palestinien. Floriane: « Nous sommes passées devant la fête israélienne mais il y avait énormément de monde là-bas. Nous ne sommes donc pas rentrées. En tout cas, nous soutenons le côté palestinien : ce que fait Israël à la Palestine est cruel et inhumain. C’est de la pure barbarie et nous nous y opposons strictement. »

Alem: « En France, on a toujours tendance à être plutôt du côté d’Israël. Beaucoup d’évènements sont donc organisés pour ce pays mais jamais pour la Palestine. Ce n’est vraiment pas normal de soutenir un pays comme Israël, qui commet de tels crimes contre des êtres humains. »

 

J’aborde Julie, qui regarde les danseurs de la fête de Tel-Aviv. Elle me dit qu’elle est d’abord ici car elle veut savoir ce qui est organisé exactement à Tel-Aviv sur Seine. Elle ne veut cependant pas se rendre de l’ « autre côté » : « Je suis juive et il y a vraiment trop de tensions, particulièrement depuis les évènements de l’année dernière. Je savais déjà, via les médias et réseaux sociaux, qu’il y aurait une manif’. Et c’est une bonne chose qu’il y ait un débat. »