Sur les « Thraces » d’une civilisation méconnue

Article publié le 29 mai 2015
Article publié le 29 mai 2015

Jusqu'au 20 juillet 2015, le prestigieux Musée du Louvre accueille en son sein une exposition inédite intitulée « L'épopée des rois thraces. Découvertes archélogiques en Bulgarie ». Suivez le guide. 

Cette exposition rassemble quelques pièces récemment découvertes et nous offre la possibilité d’admirer en détails la vie à l’époque des Thraces, leur histoire et leur tradition ainsi que leur place au sein du monde antique. Les Thraces sont un groupe de tribus méconnues qui peuplaient l'Europe du Sud-Est aux environs du VIIIème siècle av. J.-C. Parmi l'héritage immatériel laissé par ces tribus, on notera quelques noms marquants comme le gladiateur Spartacus ou encore le poète Orphée. 

L’absence de patrimoine écrit de ces peuples rend les objets découverts et les quelques mentions fragmentaires dans l’historiographie grecque essentiels pour mettre en lumière la culture Thrace. Près de 1700 objets présentés dans cette exposition témoignent d’une splendeur, d’un réel talent artisanal mais aussi des liens tissés avec les puissants voisins grecs. L’accent de l’exposition est porté sur la dynastie thrace la plus remarquable : les Odryses. Parmi tous ces objets précieux, une oeuvre attire particulièrement le regard : la tête d'une statue très détaillée et exceptionnellement réaliste représentant le roi Seuthès III, trouvée sur le tumulus le plus important à Golyama Kosmatka. Ce règne, qui dura plus de 300 ans et joua un rôle central pendant l’Antiquité, était jusqu’il y a peu une véritable énigme.

Grâce aux dernières trouvailles issues des fouilles archéologiques bulgares et à des découvertes fortuites, il est aujourd'hui possible de lever le voile sur le mystère qui entoure cette ancienne civilisation. Le trésor précieux de Panagyurishté, trouvé par hasard dans une mine en 1949, mérite que l’on s’y attarde. Cette découverte comprend sept rhytons (vases à vin), une phiale (coupe en forme d'assiette) ainsi qu'une amphore en or 23 carats, d’un poids de plus de 6 kilos et datée de la fin du IVe siècle av. J.-C. Il n’est pas étonnant de trouver tant d’objets déclinés autour du thème du vin. En effet, l’amour de ce peuple pour la boisson est mythique. Leur art dans l’élaboration de ces rythons et autres coupes rituelles témoignent d’un degré de sophistication avancé et de l’importance accordée aux plaisirs du palais et au culte de Dionysos. En témoigne également le fait que les morts étaient enterrés avec des objets personnels, dont les plus nombreux et précieux étaient ces fameuses coupes de vin. 

Beaucoup d'autres objets remarquablement réalisés sont également visibles lors de cette exposition, tels que des boucles d’oreille en or, des vases en argent, des accessoires de guerre ou encore une magnifique couronne. Une exposition unique qui éveille l'imagination et gratifie les esprits explorateurs.