Streetwar, c'est parti !

Article publié le 14 mars 2010
Article publié le 14 mars 2010
Streetwar, c'est demain. A minuit pile, je deviendrai la cible de quelqu'un, et recevrai mon contrat. Comme à mon habitude, je ne mesure que tardivement ce que tout cela signifie réellement. Comme dirait un de ces détectives privés américains siégeant dans un fauteuil moelleux avec un vieux bourbon dans la main et un cigare dans l'autre: "Cette affaire avait très mal commencé".

Le premier problème est que je n'ai pas d'arme. Il me faut sans tarder un petit pistolet à eau, discret, que je puisse dégainer rapidement. Demain à la première heure, je m'occupe de ça. Il n'est pas question que je finisse assassiné (trempé) en public, étalé sur le sol (mécontent) baignant dans mon sang (eau du robinet) sans avoir eu le temps de réagir.

J'ai par ailleurs repéré quelques zones sûres et certaines à risque. Je vais devoir commencer à me méfier et à observer mon entourage et les gens étranges qui pourraient rôder alentour... même si, c'est vrai, ça je le faisais déjà un peu avant.

Et bien sûr pour finir, il va falloir que j'enquête, et que je trouve subtilement un moyen d'atteindre ma cible sans me faire repérer. Aïe ... En clair, je vais devoir réveiller le tueur qui est en moi. Pas gagné.