Stanley Kubrick, l’expo, un rendez-vous inévitable à Paris

Article publié le 12 mai 2011
Article publié le 12 mai 2011
La Cinémathèque Française de Paris propose jusqu’au 31 juillet une exposition dédiée au cinéaste Stanley Kubrick Par Cristina Párraga Traduction: Mélodie Labro. Stanley Kubrick fait partie de ces réalisateurs qui ont le plus marqué l’histoire du cinéma. Même si son talent n’a pas franchement été récompensé par une grande quantité de prix, son héritage est essentiel aux yeux des cinéphiles.
Jusqu’au 31 juillet, on peut voir à Paris une expo couvrant toute la trajectoire artisitique de Kubrick : avec en prime ses débuts de photographe pour le magazine américain « Look » et ses premiers documentaires.

Créée en 2004 par le Deutsches Filmmuseum de Francfort avec la collaboration de Christiane Kubrick, Jan Harlan et le Stanley Kubrick State de Londres, la rétrospective poursuit son tour du monde. Après Francfort, Berlin, Zurich, Gand, Rome et Melbourne, la voici à Paris.

photos :http://www.cinematheque.fr/fr/expositions-cinema/kubrick-exhibition/stanley-kubrick-expositi.html Parmi les petites perles que nous offre l’expo: décors réels, scénari originaux, accessoires, caméras, affiches et costumes. La rétrospective s’étend sur deux étages avec un espace pour chaque œuvre de Kubrick : des "Sentiers de la Gloire" à "Eyes Wide Shut", en passant par "2001, l’Odyssée de l’espace". Anecdotes de tournages, détails techniques, conception des films de A à Z sont dévoilés en même temps que les nombreuses facettes de Kubricik, créateur inquiet qui laissait transparaître ses doutes à l’écran.

C’est que Stanley Kubrick n’a jamais été un réalisateur soumis aux grandes majors de Hollywood. Il a toujours su imposer sa sensibilité, si particulière, face aux pressions commerciales que pouvaient faire peser sur lui producteurs et distributeurs.

photos :http://www.cinematheque.fr/fr/expositions-cinema/kubrick-exhibition/stanley-kubrick-expositi.html Les extraits montrés dans l’expo montrent que Kubrick était toujours en quête de perfection. Ils en disent aussi beaucoup sur son attrait pour les anti- héros, et plus généralement sur des personnages humains, trop humains. C’est peut-être pour cela que ses films ont souvent suscité la controverse parmi les critiques, parfois très enthousiastes, parfois contrariés. Kubrick, rappelons-le, s’est aussi quelque fois attiré les foudres de la censure.

http://www.flickr.com/photos/hoyvinmayvin/4062111702/lightbox/ L’exposition accorde aussi une large place aux bandes originales des films de Kubrick, vrai passionné pour lequel la musique était une pièce maîtresse de ses œuvres, au même titre que n’importe quelle scène ou que les personnages.

Enfin, l’espace dédié au jeune Kubrick photographe pour Look avec plusieurs instantanés et le grand fond documentaire sur le projet avorté Napoléon en disent encore un peu plus sur les nombreuses facettes du réalisateur.

http://www.flickr.com/photos/home_of_chaos/917324801/lightbox/ Stanley Kubrick est mort en Angleterre en 1999, quelques jours après avoir terminé “Eyes Wide Shut », son dernier film. Figure contrastée, adorée ou détestée dans le monde du cinéma, il a toujours fait part de ses réticences à l’idée d’être un personnage public. Kubrick, c’est avant tout un héritage immense pour le cinéma international. Et il serait dommage de laisser passer la rétrospective que nous offre la Cinémathèque Française de Paris cette année…

"Stanley Kubrick, l'exposition", jusqu'au 31 juillet 2011 à la Cinémathèque Française de paris.