Sommet social tripartite : qu’est-ce que c’est ?

Article publié le 24 mars 2011
Article publié le 24 mars 2011
Par Bertrand Habay Jeudi 24 mars, au matin de la réunion du Conseil européen, avait lieu le sommet social tripartite pour la croissance et l’emploi. Ce thème est lié à l’ordre du jour du Conseil européen. A quoi sert ce sommet et qui réunit-il ?

Le sommet social tripartite a pour but d’assurer la participation efficace des partenaires sociaux à la mise en œuvre des politiques économiques et sociales européennes. Comme son nom ne l’indique pas, il rassemble quatre parties : les partenaires sociaux européens, les chefs de gouvernements (la présidence actuelle de l’Union et les deux présidences suivantes), la Commission et la présidence du Conseil européen.

La Stratégie de Lisbonne, lancée en 2000, avait pour objectif de faire de l’UE l’économie la plus compétitive et la plus dynamique du monde d’ici à 2010. C’est dans cette optique que le sommet social tripartite a été conçu en 2002. Il permet aux partenaires sociaux d’apporter une plus large contribution et de participer au prises de décision au plus haut niveau. Ce sommet se réunit deux fois par an, avant les Conseils de printemps et d’automne. D’autres réunions peuvent cependant avoir lieu de manière extraordinaire.

Ce 24 mars, José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, László Andor, commissaire européen chargé de l'emploi, des affaires sociales et de l'inclusion (si, si, Inclusion), ainsi qu'Herman Van Rompuy, président du Conseil européen, et Viktor Orban, premier ministre hongrois, pour la présidence du Conseil, se sont donc réunis avec les représentants des travailleurs et des employeurs européens. Les premiers ministres et ministres de l'emploi de la Pologne et du Danemark, qui assureront les deux présidences suivantes, ont également pris part aux débats.

A l’issue de la réunion, les partenaires sociaux européens (CES, BUSINESSEUROPE, CEEP et UEAPME) ont convenu de la nécessité de resserrer la coopération économique et de réformer les marchés du travail. Ils ont aussi demandé à être associés à la définition des plans nationaux de réforme et à la mise en œuvre de la stratégie Europe 2020 dans son ensemble.