Solidays : un sex-toy et puis s'en va

Article publié le 26 juin 2010
Publié par la communauté
Article publié le 26 juin 2010
"Ici, nous ne parlons que de sexe, des deux sexes, et encore de sexe". Et oui, au cas où le public enjoué d'un des plus grand festival de musique en France (200 artistes, quelques 150.000 festivaliers) l'ai oublié, les 3 jours du festival Solidays sont dédiés aux maladies sexuellement transmissibles et surtout à la plus dévastatrice d'entre-elles : le Sida.
Petit rappel, c'est l'association Solidarité Sida, crée par Luc Barruet et Eric Elzière en 1992, qui organise la fête dont les fonds sont reversés fifty-fifty aux associations françaises et étrangères partenaires.

Sacrifice

cochon volant Pour faire pas comme les autres, les éditeurs espagnol et français de cafebabel.com se pointent à l'hippodrome de Longchamp, ratent Olivia Ruiz et Winston Mc Anuff pour foncer à l'expo "Sex in the City". Objectif ? Témoigner évidemment. C'est empreint d'un sentiment de devoir journalistique que l'on pénètre une salle gardée par des cerbères en forme de cochons volants. Sur les murs, tous les emplacements possibles et imaginables pour faire l'amour, des plus underground - sur un parking ou par terre - aux plus bucoliques - dans une piscine ou sous la table.

Plaisir...

sex toy Une fois passé le sas, c'est la République de Salo de Pasolini qui s'ouvre à nos sens aiguisés. Dans un coin, un bar, avec des serveurs assez spéciaux. L'une vous fait un exposé sur les vibromasseurs tandis que l'autre s'évertue à vous présenter les dernières innovations en matière de sex-toy. Son coup de coeur ? La batmobile. Elle provoque chez les mecs des sensations inconnues par les voies de la sexualité "normale", nous promet l'expert.

SM

... Et prévention

Dans ce labyrinthe interdit au public non-averti, on a pas peur de présenter les pratiques sexuelles les plus tordues, du sado-masochisme à la pratique de l'échangisme (plus on avance et plus je me sens classique et fade avec mon recroquevillement hétérosexuel suranné). Mais après vous avoir mis en bouche pendant 20 minutes, voilà qu'ils vous mettent en garde. Relations non-protégées = risque de maladies sexuellement transmissibles les minous, alors garde à vous ! Le détail des souffrances provoquées par les MST fait assez froid dans le dos pour aller papoter avec les conseillers en prévention à la fin de l'exposition... Et se servir de préservatifs féminins et masculins avant de sortir de cette "maison de tous les dangers". Une fois sortis, vous ne penserez plus jamais fellation sans penser blénnorragie et vous n'aurez plus de rapports sexuels non-protégés sans vous entêter à épeler chlamydia.

Puri Lucena et Emmanuel Haddad, en direct des Solidays 2010. Photos : Puri Lucena et Emmanuel Haddad