«Sois Belge et tais-toi !» fait son retour 

Article publié le 18 décembre 2016
Article publié le 18 décembre 2016

Attentats à Bruxelles, manifestations syndicales ou référendum britannique : retour en humour sur les événements marquants de l'année 2016 avec la comédie satirique "Sois Belge et tais-toi !".

L’année 2016 a été riche en actualités, véritable terreau pour les frères Remy et leur 19ème édition du désormais célèbre spectacle « Sois Belge et tais-toi». 

Peut-on rire de tout ? Sûrement pas, mais l'humour reste un moyen d'aborder des sujets sensibles, et c'est bien là qu'excelle le talent des producteurs et des acteurs de ce spectacle. Cafébabel s'est rendu à l'une des représentations. 

Un succès grandissant 

À l’origine présenté dans une école bruxelloise, « Sois Belge et tais-toi ! » est devenu un spectacle grand public incontournable de la scène théâtrale francophone belge. 

Les acteurs incarnent à la fois des personnalités de la vie politique ou des citoyens, commentant avec humour l'actualité par le biais de sketches, d'imitations et de chansons. Depuis quelques années, de courtes vidéos viennent également alimenter le spectacle. 

Retour sur l'année 2016 en Belgique

Les « politikones », à l’instar de Pokémon Go, se succédent sur la scène : Charles Michel, Elio di Rupo, Bart de Wever, Theo Francken ou encore Laurette Onkelinx, sans oublier de nouveaux personnages comme le porte-parole du Parti des Travailleurs de Belgique Raoul Hedebouw ou la Ministre de l’enseignement Marie-Martine Schyns.

On ne peut que souligner l’excellente interpretation de Stéphanie Coerten dans les rôles des anciennes ministres J. Milquet et J. Galant. Les joutes verbales de tous ces personnages nous amènent même à nous demander si la politique n’a pas déjà atteint un certain degré de comédie.

En plus des politiques, les médias ne sont pas épargnés non plus. La présence d’un expert en terrorisme (où contre-terrorisme, il ne sait pas non plus) sur un plateau télévisé nous exclairera-t-elle vraiment sur la menace en Belgique ? Et le journaliste présent sur le terrain, est-il sur la bonne piste ? Ce sont finalement les soldats qui fourniront au public les meilleures clés de compréhension.

Et l’actualité internationale ?

Les scènes autour de l'actualité internationale figurent sans doute parmi les plus réussies du spectacle.

Le monologue du personnage de Donald Trump, tiré de ses véritables discours de campagne, surprend par sa vitesse et sa capacité à mêler l'anglais et le français, trompant le spectateur sur les véritables intentions du politicien.

D'autres responsables politiques tenteront sur la scène de prévoir les conséquences d'un Brexit. Harry Potter trouvera-t-il une solution magique à cette crise ? En tout cas, ce n'est pas Nicolas Sarkozy, retiré de la vie politique, qui nous apportera la réponse. 

Le spectacle revient également sur le feuilleton politico-médiatique concernant le CETA, où le personnage de Paul Magnette présente ses arguments face aux pressions d'une Angela Merkel et d'un Jean-Claude Juncker.  

En conclusion, « Sois Belge et tais-toi » est un bon moment de divertissement, mettant l'accent sur le côté risible de la politique et du monde médiatique. Après des représentations au Théâtre Saint Michel de Bruxelles en décembre, d’autres suivront dans les villes de Namur, Liège, Nivelles, Spa, Louvain-La-Neuve et Charleroi jusqu'au mois de mars 2017.