Sites antiques en danger

Article publié le 17 juillet 2008
Publié par la communauté
Article publié le 17 juillet 2008
Voyagez en Grèce, vous y sentirez in situ ce que les plus belles cartes postales ne pourront jamais vous montrer: l’odeur des pins, le chant assourdissant des cigales, les lambeaux de ciel bleu à travers les arbres ou en couronne au-dessus des théâtres de pierre… La nuit, vous pourrez profiter d’un spectacle de théâtre, de musique, assis sur les vieilles pierres d’un édifice de plus de 2000 ans,
admirer son acoustique, sa capacité en spectateurs (voir les liens pour le festival d’Epidaure et le festival d’Athènes)… L’image est idéale, en apparence. (Photo par Corè Caro)

Dodone_par_CorèCaro En fait, des articles alarmants parus dans la presse grecque signalent les dangers assez inattendus que courent les vieilles pierres grecques à l’arrivée de l’été.

La première menace vient de l’utilisation des sites archéologiques pour des représentations théâtrales ou des concerts: “Tout le monde du spectacle veut avoir ces sites. Mais combien d’entre eux peuvent supporter cette utilisation massive ? (…) Les metteurs en scène et les scénographes ne suivent pas les recommandations comme celle d’employer des décors légers, les chanteurs sont incités à augmenter les décibels”, regrette Yotta Sykka dans Kathimerini du 29 juin (voir l'article). La voix de Gloria Glaynor à l’odéon de Patras, celle de Sakis Rouvas dans l’ancienne forteresse de Corfou, et leur orchestre bien sûr, ont participé à ce processus de détérioration des édifices historiques où ils se sont produits. Les compagnies de théâtre ont parfois des arguments artistiques pour imposer que telle actrice fume sur scène, ou justifier l’emploi de feux d’artifice. Mais la communauté scientifique des archéologues est très inquiète des conséquences délétères sur les édifices. “L’attribution d’un site se fait au cas par cas, déclare la directrice des antiquités à la journaliste. Bien sûr, il faut que les gens sachent quels théâtres antiques peuvent être ou non utilisés, et le cas échéant, sous quelles conditions. (…) Nous avons besoin d’un catalogue qui soit publié. (…) Le sujet demande à être discuté et c’est pourquoi nous prévoyons une journée d’étude, à l’automne, à laquel prendront part des personnalités du théâtre et des responsables du ministère de la culture pour voir où on en est.”

L’autre très grave et stupide menace qui plane sur les théâtres grecs antiques, vient des chewing-gums et des talons aiguilles. L’article indique que 30 kilos de chewing-gum collé sur les gradins du théâtre d’Hérode Atticus à Athènes ont été ramassés l’année dernière. Les organisateurs des manifestations demandent expressément au public de ne pas porter de talons hauts ni, évidemment, de jeter des chewing-gums à l’aveuglette, “mais ces recommandations tombent dans l’oreille d’un sourd”. Les dégâts et l’image déplorable de cette situation ont déjà filtré dans la presse étrangère, puisque le Times y a consacré un reportage, selon Eleftheros Typos (voir l'article).

Enfin, des problèmes de financement se font jour: “Le ministère de la culture n’arrive pas conserver les théâtres antiques. Il n’a pas d’argent pour faire réaliser des plans de conservation, et cela ne fait de toutes façons pas partie de ses priorités”. C’est pourquoi la journaliste s’attarde sur une initiative venue d’un ex-ministre et ex-maire, qui, dégagé de ses obligations publiques, a fondé une corporation nommée “Diazoma”, du nom donné à la ceinture de pierre qui coupe en deux les séries de gradins dans les théâtres grecs. Stavros Bénou a décidé de partir à la recherche de fonds financiers destinés à la restauration des bâtiments antiques. “Mais cela soulève des questions. Concrètement, comment un investisseur privé va-t-il collaborer avec le ministère de la culture?” De fait, aucun contact n’a encore eu lieu entre l’initiateur du projet et le ministère de la culture.

Alors, si vous allez voir, au hasard, l’Orphée et Eurydice monté par Pina Baush à Epidaure, dernière recommandation: laissez vos chewing-gums et vos talons aiguilles à la maison, c’est le moins que vous puissiez faire pour la conservation du patrimoine grec !