"Si nous n'arrivons pas à vivre ensemble, qui le pourra?"

Article publié le 23 février 2016
Article publié le 23 février 2016

Smrt U Sarajevu (Mort à Sarajevo), film du réalisateur bosniaque Danis Tanović a remporté le Grand Prix du Jury lors de la cérémonie de clôture de la Berlinale, samedi 21 février. Retour sur un film qui traite des fondements de l'idée d'Europe.

Il s'était fait connaître du grand public avec No Man's Land, qui avait raflé les prix les plus prestigieux, de Cannes aux Oscars en passant par les Golden Globes, et traitait du conflit qui ravagea son pays, la Bosnie Herzégovine, en 1993. Danis Tanović revient au Festival de Berlin, où son La Femme du Ferrailleur (Epizoda u životu berača željeza) s'était vu distingué en 2013 par l'Ours d'Argent du Grand Prix du Jury et la mention spéciale du Jury Œcuménique, pour remporter à nouveau le Grand Prix du Jury présidé par Meryl Streep, ainsi que celui de la critique (Prix Fipresci) avec son dernier film, dont il signe l'adaptation à l'écran et la réalisation: Smrt U Sarajevu (Mort à Sarajevo) est une coproduction franco-bosniaque tirée de la pièce de théâtre de Bernard-Henri Lévy Hôtel Europe.

L'Hôtel Europe est en effervescence, en ce jour de centenaire de l'assassinat de Franz Ferdinand, l'événement qui plongea l'Europe et le Monde dans les horreurs de la Première Guerre Mondiale.

Le directeur de l'établissement s'empresse autour de son premier invité de marque, Jacques Weber (dans son propre rôle), l'acteur de renom, "le Français" qui jouera le soir-même sur la scène du Théâtre National et veut trouver quiétude dans sa suite royale pour réciter son texte.

Il ignore être observé par un employé de la sécurité, qui ne comprend goutte au monologue retransmis par la caméra de surveillance, et préfère sniffer de la coke à la hâte sur l'écran de son smartphone vibrant aux appels répétés de son amie en furie.

Sur le toit de l'immeuble, une émission de télévision tournée en direct ravive les tensions nationales, lorsque différents invités débattent du rôle de Gavrilo Prinzip - s'agissait-il d'un terroriste ou d'un héros national? 

Dans les couloirs, les ascenseurs, au restaurant et jusqu'au club mafieux, la jolie Lamija (Snežana Vidović) se démène: malgré ses excès de la veille, elle veut tenir son rôle de favorite auprès du directeur, et empêcher coûte que coûte la rébellion qui gronde parmi les employés du sous-sol. Menés par sa mère, une horde de blanchisseurs et de cuisiniers qui n'ont pas été payés depuis des semaines, désirent en effet profiter de la venue d'une délégation européenne de VIPs pour entamer une grève, et faire enfin éclater leur révolte au grand jour.

Danis Tanović a travaillé à faire de son Hôtel Europe une métaphore de la Bosnie-Herzégovine et de l'Europe, en représentant les multiples composantes et complexités de la société bosniaque, à travers les différents personnages et étages de ce huis clos symbolique.

Depuis les hauteurs de l'Hôtel qui servent de plateau à l'émission, jusqu'à la buanderie baignée d'une lumière verdâtre, l'on ressent le poids qui pèse sur le peuple bosniaque, et toujours le ramène à ses entrailles, à son passé, sans jamais le laisser s'élever vers un avenir léger, prometteur.

Et Tanović de citer, lors de la conférence de presse, ce mot que ses concitoyens se répètent, dans le sarcasme qui leur est propre: "Our past is terrible, our present is unbearable, thank God we have no future!"

La tension est là, palpable, qui nous prend, et ne nous lâchera que dans le dernier quart du film, où certaines réactions déconcertent parfois, mais finiront par refaire sens plus tard, après la projection, et notamment cette image sur laquelle se termine le film, allégorie d'un "monde vide d'amour". 

Car l'important, pour le réalisateur, n'est pas d'apporter des réponses, mais de poser des questions: "Si vous sortez de mon film, et que vous allez manger, alors j'ai raté mon coup. Par contre, si vous éprouvez le besoin de boire quelque chose de fort, de la rakia ou du whisky, pour discuter de ce que vous avez vu, alors j'ai touché au but."

En ce jour de première mondiale à la Berlinale, qui coïncide avec la date où la Bosnie-Herzégovine faisait officiellement sa demande d'entrée dans l'Union Européenne, Tanović et ses acteurs s'interrogent. Allons-nous réussir à créer cette Europe qui nous tient tous à coeur? Car "si nous ne parvenons pas, nous, Bosniaques et Serbes de Bosnie qui parlons la même langue, écoutons la même musique et regardons les mêmes films, si nous ne parvenons pas à vivre ensemble, alors qui le pourra?"