Shopping Hygiénique à Macholand.

Article publié le 4 mai 2009
Article publié le 4 mai 2009
Comme je suis une fille, j'ai tendance à avoir mes règles de temps en temps. En espagnol chilien, le phénomène s'appelle "enfermarse" - tomber malade, comme si la menstruation était une affection honteuse et douloureuse. Aujourd'hui, je suis donc allée acheter des tampons hygiéniques pour soigner ma maladie cyclique.
Après avoir comparé les prix dans plusieurs pharmacies et supermarchés, force me fut de constater que le prix moyen d'un tampon chilien tourne autour de 0,32 EUR, alors qu'une grande surface française me ferait débourser environ 0,20 EUR pour un exemplaire de la même marque. 30 centimes, ça n'a pas l'air si terrible pour un porte-monnaie européen, mais ça représente la moitié du prix d'un ticket de bus à Santiago. Beaucoup trop pour un produit si basique. (Sans compter le peu d'options disponibles dans les rayons - l'une de mes copines demande à sa mère de lui adresser des paquets de tampons par la poste depuis l'Allemagne, comme d'autres réclament leur marque de chocolat préférée.)

Les tampons ne sont pas des produits de luxe. Chaque femme devrait avoir accès à des produits efficaces pour son hygiène et son bien-être, à un prix raisonnable. Les femmes chiliennes ne l'ont pas. Les multinationales jouissent de marges plus généreuses sur leurs produits ici que sur les marchés de pays plus riches. Youpi.

De retour de mon shopping menstruel, un vieillard m'a grondée : "Que fais-tu ici toute seule à cette heure? Tu devrais être accompagnée." Il était 16 heures, il faisait grand soleil, et je marchais dans un quartier cossu et paisible.

Peut-être le vieil homme avait-il juste envie de tailler le bout de gras. Peut-être m'a-t-il prise pour une fillette de 7 ans. Néanmoins, quelque chose me dit qu'il ne se serait pas autant inquiété si j'avais arboré une paire de testicules. Trop abasourdie pour lui demander des précisions, je me suis contentée de sourire à l'absurdité de son commentaire, et de continuer mon chemin.

Oui, le Chili a élu une femme Présidente de la République, un signe fort et sain que ce pays considère une femme tout aussi apte qu'un homme à le diriger. Oui, dans l'ensemble, les hommes chiliens me traitent de façon respectueuse. Cependant, ce genre d'exemples subtils et polis de machisme ordinaire me fait froncer les sourcils régulièrement.

Un tampon moins cher pourrait m'être plus utile qu'une offre de protection infantilisante et "bien intentionnée".

Photo: "Tampon Rain", oeuvre d'art de Fanni Fazekas, copyright de l'artiste, Museum of Menstruation.