Sexe(s): Lexique pratique à l'usage des Européens

Article publié le 28 mai 2010
Article publié le 28 mai 2010
Derrière cette introduction, le sujet le plus intime qui soit... Voici la clé d'une dimension trop peu relayée de l'intégration européenne : un petit lexique sur le sexe en langue européenne.

 Pour qualifier l’appareil génital féminin et masculin, « parties privées » est le terme le plus neutre. Chez nos voisins d’outre-Manche, le surnom donné à « William » et à « France » se réfère aussi à nos « parties intimes », ce qui vous permettra de mieux comprendre pourquoi votre collègue britannique se met à pouffer quand vous lui présenterez votre ami « willy » (« pénis ») ou la charmante fannyvagin »). « Dick » (« bite ») en est une dénomination plus vulgaire, dérivée par coïncidence du nom Richard. Les enfants ont beau avoir grandi en lisant « Tom, Dick et Richard », une phrase standard du 16ème siècle pour décrire un groupe de personne, seuls les adultes savent combien un Dick peut différer d’un autre. 

Alors que le site britannique loveyourvagina propose mille et unes façons de dire le sexe de la femme, aux Etats-Unis, une pub pour un tampon a été censurée pour avoir osé prononcé le mot v***

Comptez sur les français pour pimenter la chose. Au Musée d’Orsay de Paris, on admire plus qu’on s’indigne devant l’Origine du monde (1866), l’œuvre de Gustave Courbet représentant un sexe féminin avec beaucoup de réalisme. Les Français considèrent l’intimité de ma femme comme une « salle des fêtes », quand les Allemands rougissent devant ce « scham » (« shame », « honte ») ou « schambereich », « place de la honte ». Comme par hasard, les voisins d’outre-Rhin nomment les bijoux de famille masculins « gemächt », un dérivé de « die mächt » qui signifie « pouvoir» ; un peu dans la lignée de « verga », le « bâton » que les hommes italiens ont entre les jambes. Idem en Espagne où, alors que les dénominations du sexe féminin sont toutes négatives - « coñazo » (dérivé de « coño », « putain ») sert à désigner le vagin - l’expression « es la polla » (littéralement « c’est le pénis ») est plutôt une bonne chose…

A l’instar des Anglais, les Polonais se réfèrent eux avec sobriété et discrétion au « wyposażenie » masculin (« paquet »). Mais quand on l’ouvre, les Italiens y trouvent un « pisello » (« petit pois ») quand les Polonais y découvrent un « ptak » (« oiseau »). Attention aux oiseaux polonais quand les Britanniques décident de « let the cat out of the bag » (« faire sortir le chat de son sac »). Mais arrêtons-nous là ! Laissons un peu d’intimité aux Français, Polonais, Italiens et Anglais à leurs jeux respectifs de « chatte », « myszka » (« petite souris », sexe féminin), « farfalla », (« papillon », idem) et « beaver » (littéralement « castor », aussi utilisé dans l'argot pour désigner la « chatte » des femmes).

Illustration: Henning Studte