Schengen : 15 ans après son adhésion, le Danemark se rétracte

Article publié le 12 mai 2011
Article publié le 12 mai 2011
Une dispute sur les contrôles aux frontières dans l'espace Schengen a éclaté avant le sommet des ministres européens de l'Intérieur ce jeudi 12 mai. Par crainte des immigrés clandestins d'Europe de l'Est, le Danemark a décidé mercredi de restaurer les contrôles. La France et l'Italie redoutent des réfugiés d'Afrique du Nord.
La presse défend la liberté de circulation et met en garde contre tout esprit de clocher.

Süddeutsche Zeitung – Allemagne : Mutisme des pro-européens danois

Malgré le traité de Schengen, le Danemark effectue à nouveau des contrôles aux frontières avec l'Allemagne et la Suède. Il existe pourtant au Danemark beaucoup de partisans de l'idée européenne mais ils sont trop lâches, estime le quotidien de centre-gauche Süddeutsche Zeitung : « Le Parti populaire a montré combien il était facile de détourner les valeurs européennes comme la libre circulation pour des magouilles de politique interne. Le gouvernement libéral-conservateur s'est empressé de concéder aux populistes une victoire de communication au détriment de l'Europe - afin de s'acheter leur clémence en vue d'une réforme des retraites. L'opposition ne s'est pas non plus opposée à ces contrôles - probablement pour éviter un débat désagréable. La plupart des partis danois sont pourtant pro-européens et ne songeraient jamais à remettre vraiment en cause la liberté de circulation. Mais ils ne veulent pas non plus défendre cet acquis. Le problème de l'UE, ce ne sont pas ses opposants comme le Parti populaire. Le problème, c'est la lâcheté de ses partisans. »

(Article publié le 12.05.2011)

Postimees – Estonie : Les Européens sont passéistes

Le quotidien Postimees critique les nouveaux contrôles aux frontières en Europe et la tendance à l'esprit de clocher : « Le fait que de plus en plus d'Européens s'isolent est plus qu'une simple réaction à des conflits culturels ou à une xénophobie croissante. Les opposants à Schengen ne se soucient guère des spécificités culturelles ou politiques, ils veulent simplement que ce monde en pleine ouverture se rétrécisse, se referme et redevienne soi-disant plus sûr. … En Finlande, les Vrai Finlandais sont perçus comme des rénovateurs radicaux, dans le sens où leur nouvelle force remet en cause la politique du consensus en usage jusque-là. Mais leur politique n'apporte en réalité rien de nouveau ni de radical, au contraire : il s'agit de la nostalgie d'un passé et d'une exiguïté qui doivent protéger de l'Europe et de l'économie mondialisée, mais surtout de l'art décadent, de la confusion babylonienne des langues et des termes compliqués. »

(Article publié le 12.05.2011)

Libération – France : Protéger la plus grande réalisation de l’UE

La France mène déjà des contrôles sur sa frontière avec l'Italie pour accepter moins de réfugiés maghrébins. Cela doit rester une exception bien définie au sein de l'espace Schengen, demande la commissaire européenne à la Justice,Viviane Reding, dans le quotidien de centre-gauche Libération : « Il faut éviter que des gouvernements définissent eux-mêmes les conditions de réinstauration des contrôles aux frontières. Une telle décision, parce qu'elle nous affecterait tous, devrait nécessairement être approuvée par les institutions européennes. Il en va, en effet, du respect des règles de l'Union européenne et de la préservation des droits que nous avons acquis de haute lutte. A cet égard, la Commission européenne a récemment proposé de renforcer l'intégrité des règles de Schengen et de protéger la plus grande réalisation de l'Union européenne : la libre circulation. Après deux guerres mondiales dévastatrices, de nombreuses années ont été nécessaires pour parvenir à supprimer les frontières et à créer un climat de confiance. Aujourd'hui, la libre circulation à l'intérieur de l'Europe raccourcit les distances et est un facteur d'unité. Il nous faut exercer ce droit et en prendre soin. »

(Article publié le 12.05.2011)

Sme – Slovaquie : La politique d’immigration européenne vaut mieux que ça

Les demandes de l'Italie et de la France notamment, pour une restriction de la liberté de circulation en raison des réfugiés d'Afrique du Nord sont déplacées, estime le quotidien libéral Sme : « Si l'Italie et la France se retrouvaient un jour dans la situation d'une véritable vague de réfugiés, alors les autres pays européens devraient apporter leur aide. Mais cette situation ne s'est pas présentée pour le moment. Les réfugiés sont effectivement plus nombreux à arriver en Italie, mais il s'agit seulement de quelques dizaines de milliers de personnes. Si l'Italie ne parvient pas à gérer le problème, ce n'est pas le résultat d'une apocalypse imminente mais un nouvel échec de ce pays, de sa politique et de ses autorités. … La solution ne réside certainement pas dans la remise en question de la liberté de circulation au sein de l'Union, et donc au renoncement à l'un des avantages fondamentaux de l'intégration. … Cela ne veut pas dire que l'Union ne doit pas aider certains pays comme l'Italie ou Malte. L'Union doit en même temps veiller à faire quelque chose pour les pays dont sont originaires les réfugiés, afin que ces derniers restent chez eux. »

(Article publié le 12.05.2011) 

28 pays - 300 médias - 1 revue de presse. La revue de presse euro|topics présente les thèmes qui animent l'Europe et reflète sa pluralité d'opinions, d'idées et d'humeurs.

Photo: (cc)josemanuelerre/flickr