SAY WHAT !? LES DERNIERS TWEETS DES DÉPUTÉS EUROPÉENS

Article publié le 23 mai 2014
Article publié le 23 mai 2014

La se­maine avant les élec­tions, la twit­to­sphère s'enflamme alors que les can­di­dats tentent de glis­ser quelques der­niers mots pour sé­duire les élec­teurs. Qu’ont-ils à dire pour leur dé­fense ?

Tra­duc­tion : Tous les can­di­dats du UKIP n'ont pas de ta­touages ré­pré­sen­tant un stuka bom­bar­dant une sy­na­gogue mais chaque vote en fa­veur du UKIP pro­duit un sou­rire nazi.

La ma­chine UKIP (Parti pour l'In­dé­pen­dance du Royaume-Uni, ndlr) s’est em­bal­lée, cra­chant des trucs com­plè­te­ment dingues. Un can­di­dat vient de pro­po­ser de tuer des « pédés ». Mais ce­lui-ci fait en­core mieux. Kevin O’Do­herty, can­di­dat à Has­tings (ville du sud du Royume-Uni, ndlr) a été pho­to­gra­phié com­plè­te­ment nu ex­hi­bant ses ta­touages nazis (un aigle du Troi­sième Reich et un avion nazi bom­bar­dant l’étoile de David) pen­dant que son gros co­pain sniffe une énorme ligne de coke sur le dos d’une jeune fille nue. On ra­conte à pro­pos de Nigel Fa­rage (lea­der du UKIP, ndlr) qu’il chan­tait des chants nazis à l’école. UKIP est en­core en tête dans les son­dages avant les élec­tions eu­ro­péennes de jeudi. C'est comme si ses sou­tiens se dé­ve­loppaient en fonc­tion du nombre crois­sant de ra­cistes, d’ho­mo­phobes et de l’am­pleur des scan­dales sur­réa­listes. Quelque chose peut-il ar­rê­ter le rou­leau com­pres­seur UKIP ?

Tra­duc­tion : Vote pour em­bras­ser des femmes ! Vote pour le Parti Pi­rate.

La carte d’Eu­rope des ma­riages entre per­sonnes du même sexe est une ca­tas­trophe. Alors qu’en Es­pagne, en France et aux Pays-Bas, le ma­riage est au­to­risé pour toutes sortes de couple, l’Al­le­magne et l’Au­triche n’au­to­risent pas les ma­riages de per­sonne du même sexe. L’Ita­lie ne re­con­naît pas les couples ho­mo­sexuels. Bref, l’Eu­rope est loin d’être unie sur cette ques­tion. C’est le mo­ment de chan­ger ! Aucun pays de l’UE n’a de loi contre les bai­sers. Mais c'était sans comp­ter sur M. Pon­tier veut aller plus loin et faire pas­ser une loi qui ren­drait le bai­ser obli­ga­toire ?

Tra­duc­tion : Vous avez af­fi­ché sur # rain­bow Square - Je veux une Eu­rope di­ver­si­fiée !

Le suc­cès à l’Eu­ro­vi­sion du tra­vesti au­tri­chien Kon­chita Wurst est à l’ori­gine d’un tu­multe en Rus­sie. Le Pre­mier mi­nistre russe Vla­di­mir Zhi­ro­novsky a dé­claré à la TV, : « c’est la fin de l’Eu­rope. Elle est pour­rie. Il n’y a plus d’hommes et de femmes. Il y a juste "Ça" ! » De­puis la loi de 2013 anti-gay, des groupes de mi­li­tants ho­mo­phobes comme Ok­ku­pay Pe­do­fi­lyav ont en­levé et tor­turé de jeunes hommes gay en toute im­pu­nité. Le rôle de la Rus­sie dans la pro­pa­gande anti-gay est en­core mé­connu dans la crise ukrai­nienne. L’ami ukrai­nien de Pou­tine Vik­tor Med­ved­chuck a fi­nancé Ukrai­nian Choice, une or­ga­ni­sa­tion ac­tive dans une lutte anti-UE qui pro­meut des slo­gans tels que « l’as­so­cia­tion avec l’UE cela veut dire des ma­riages entre per­sonnes du même sexe ». Les droits de la com­mu­nauté LGBT sont des su­jets de conflits entre l’est et l’ouest.

Re­tour des zom­bies : le Par­te­na­riat Trans­at­lan­tique de Com­merce et d’In­ves­tis­se­ment (TTIP) in­carne le re­tour du diable pour les pe­tites en­tre­prises et les consom­ma­teurs. L’ACTA, ac­cord com­mer­cial anti-contre­fa­çon, signé par l’UE puis fi­na­le­ment renié, avait déjà dé­mon­tré en 2011 com­ment les lob­byistes des mul­ti­na­tio­nales phar­ma­ceu­tiques et les al­liances com­mer­ciales pou­vaient in­fluen­cer les po­li­ti­ciens. Le nou­veau zom­bie, c'est donc le TTIP. L'ob­jec­tif ? Har­mo­ni­ser les échanges com­mer­ciaux entre les États-Unis et l’UE en abais­sant les stan­dards concer­nant la santé, le tra­vail, et l’ali­men­ta­tion. Cela va aider les grands in­ves­tis­seurs pri­vés à faire du pro­fit au dé­tri­ment de l’en­vi­ron­ne­ment et des ama­teurs de sa­laires équi­tables, de bonne nour­ri­ture et de bons vins. Beau­coup de per­sonnes pensent que cet ac­cord est pire que le fan­tôme du gou­rou li­bé­ral, Mil­ton Fried­man.

Tra­duc­tion : Je veux en­tendre…

FI­NA­LE­MENT IL N’Y A RIEN DE MIEUX À DIRE QUE : ALLER FAIRE EN­TENDRE VOTRE VOIX DU 22 AU 25 MAI !