Savez-vous parler énergie ?

Article publié le 8 juin 2016
Article publié le 8 juin 2016

Vous voulez vous rendre à la Semaine européenne de l’énergie durable (EUSEW) mais vous ne vous y retrouvez plus parmi ces termes ? Vous ne savez pas ce qu’est un prosommateur ou ce que fait un agrégateur ? Cafébabel vous éclaire sur les 10 termes clefs que vous entendrez plus d’une fois lors de la EUSEW. L’essentiel à savoir pour être à la pointe lors de l’événement le plus branché de la semaine. 

Première chose à expliquer : mais de quoi va-t-on parler lors de la Semaine Européenne de l’énergie durable ?

L’énergie durable, au cœur de cet évènement, est une énergie ayant un impact limité, voire mieux, aucun impact sur la santé humaine, l’écosystème, et l’environnement. Concrètement, l’énergie durable symbolise la prise de mesures pour garantir les économies d’énergies, l’efficacité énergétique en utilisant des sources d’énergies renouvelables et des technologies intelligentes. Dans quel but ? Garantir la sécurité énergétique à la fois des générations actuelles et celles à venir. Idéalement, cela signifierait que l’énergie est produite en quantité suffisante, mais qu’elle est aussi sécurisée, et abordable pour les consommateurs européens. Mais ceci n’est que l’introduction de notre dictionnaire indispensable pour comprendre les discussions clefs lors de la EUSEW.

Efficacité énergétique

C’est un concept délicat en lui-même. L’efficacité énergétique est le ratio entre la quantité d’énergie produite et l’apport d’énergie nécessaire : moins la quantité d’énergie nécessaire pour produire un bien ou un service est importante, plus ce bien ou ce service sera considéré comme « efficace énergétiquement ». Mais puisque c’est seulement un ratio, sa relativité est automatique. Par exemple, une voiture qui consomme 5 Litres d’essence pour 100 kilomètres à parcourir sera plus efficace énergétiquement qu’une voiture consommant 10 Litres pour la même distance. La partie délicate de ce concept relève des lois européennes qui incluent la simple économie d’énergie, donc la non-consommation d’énergie, dans le calcul de cette efficacité. Quand une définition stricte de l’efficacité énergétique ne le ferait pas.

Sources d’énergie renouvelable

Les énergies renouvelables sont toutes les énergies dont la source de production n’est pas d’origine fossile : au revoir pétrole et charbon ; et vive le vent, le soleil, l’aérothermie, la géothermie, l’hydrothermie et les énergies issues des océans, l’énergie hydraulique, la biomasse, le gaz de décharge, les gaz émis par les usines de traitement des eaux et les biogaz !

Consommation finale énergétique

Cela représente la totalité de l’énergie consommée par les utilisateurs finaux. Ces utilisateurs peuvent aussi bien être des particuliers, tout comme vous et moi lorsque l’on allume la lumière à la maison ; mais aussi l’industrie, l’agriculture, le secteur du transport, le secteur tertiaire etc.

Puisque la consommation finale d’énergie est celle qui arrive jusqu’à la porte du consommateur, elle ne prend pas en compte la quantité d’énergie nécessaire à sa production, son transport et sa distribution. Le volume total d’énergie consommée par un pays, en tenant compte ces pertes, est ce qui est compris par ce terme de consommation finale énergétique. Le volume d’énergie primaire est systématiquement plus élevé que le volume de la consommation énergétique finale. Les politiques énergétiques actuelles tendent à réduire cet écart entre les deux mesures.

Agrégateur

Un agrégateur est l’entité légale responsable du fonctionnement des installations énergétiques des consommateurs par l’agrégation de la demande. L’agrégation de la demande est un ensemble d’installations énergétiques qui peuvent être exploité comme une installation unique pour permettre à l’agrégateur de proposer un ou plusieurs services pour le consommateur.

Gestion de la demande

Celle-ci regroupe toutes les activités permettant d’encourager les clients à changer leur manière de consommer de l’électricité, tout en tenant compte du niveau et du rythme d’utilisation d’électricité du consommateur. Cette technique est utilisée par les décideurs politiques comme un encouragement pour les consommateurs à réduire leur consommation énergétique, en particulier durant les heures de pointe. Quels sont les outils les plus utilisés ? Les incitations financières : en garantissant un prix de l’électricité plus bas durant les heures creuses, et en sensibilisant les consommateurs sur le besoin d’un changement dans leurs habitudes pour qu’ils puissent entièrement en tirer profit.

Charge de pointe

Cela correspond à la demande horaire d’énergie maximale sur une période de temps donnée : journée, mois, ou année. En effet, la charge de pointe est une mesure utilisée pour tester la capacité d’un réseau électrique. La charge de pointe est atteinte lorsque la demande du réseau atteint son maximum. C’est pour cela que certaines personnes programment leurs machines à laver pour que celles-ci tournent en pleine nuit, pour pouvoir éviter cette « heure de pointe » de la demande et les prix élevés qui l’accompagne. Oui, vous nous avez bien entendu : vous feriez bien de laver vos vêtements avant d’aller vous coucher et économiser plus d’Euros que vous ne pourriez imaginer. 

Réseaux intelligents

L’expression sur toutes les lèvres ces derniers temps. Les réseaux intelligents sont des réseaux électriques utilisant des technologies numériques et autres pour surveiller et contrôler le transport de l’électricité. Ils sont actuellement au centre des discussions puisqu’ils surveillent l’énergie arrivant de toutes les sources de production, y compris les énergies renouvelables, pour répondre à la demande fluctuante en électricité du consommateur final. C’est-à-dire : si votre maison produit de l’énergie grâce à des panneaux solaires par exemple, vous pouvez revendre le surplus d’énergie produite au réseau d’électricité local en connectant votre foyer à un réseau intelligent plutôt que de le laisser à la perte.  

Acteurs du marché

Un acteur du marché peut être n’importe quelle personne, y compris les opérateurs du système, qui effectue des transactions sur un ou plusieurs marchés de l’énergie de gros. Dans beaucoup de cas, l’électricité est produite par une compagnie électrique qui in fine ne distribue pas l’électricité au consommateur final. Comme toute autre marchandise, le mégawatt (unité la plus courante pour mesurer le niveau d’électricité) est souvent acheté et revendu un certain nombre de fois avant d’être finalement consommé. Ces transactions sont considérées comme étant des ‘ventes à des fins de revente’ et constituent la majorité du marché de gros de l’électricité. Actuellement, seule les compagnies peuvent être considérées comme des acteurs totaux de ce marché. On aimerait voir de plus en plus d’acteurs indépendants s’investir sur ce marché, tels que les prosommateurs, et que ceux-ci soient reconnus pour leur contribution à la flexibilité du marché de l’électricité.

Prosommateur

Et oui, c’est un simple néologisme entre les mots ‘producteur’ et ‘consommateur’. Les prosommateurs sont ces personnes prospectives qui produisent leur propre énergie verte à la maison. Que ce soient en utilisant des panneaux solaires, des pompes à chaleur, l’énergie géothermique ou par toute autre forme, ils disposent de dispositifs de production à petite échelle chez eux, et utilisent ces dispositifs à destination de leur propre consommation d’électricité ou de chauffage.

Emplois verts

Ce sont des emplois, tous secteurs confondus, qui contribuent considérablement à la préservation ou la restauration de la qualité environnementale. Cela comprend spécifiquement, mais pas seulement, des emplois contribuant à protéger les écosystèmes et la biodiversité ; en réduisant la quantité d’énergie, de matériaux, et d’eau consommée au travers de stratégies d’efficacité ; la décarbonatation de l’économie ; et en minimisant ou en évitant de générer toute forme de gaspillage ou de pollution.

Les emplois verts seront au cœur des discussions la semaine prochaine, puisqu’ils contribuent à la protection de l’environnement, tout en étant socialement bénéfique en créant des emplois plus nombreux et de meilleure qualité. 

___

Cet article a été rédigé dans le cadre du partenariat de cafébabel avec la Semaine européenne de l'énergie durable.