Salutations de Club to Club 2015

Article publié le 24 novembre 2015
Article publié le 24 novembre 2015

Le Club to Club fête son quinzième annivesaire confirmant son statut de festival de musique électronique le plus coté d’Italie et en nous offrant un line-up étoffé et ambitieux  duquel se démarquent Thom Yorke, Jamie XX, Jeff Mills qui ont permis de faire salle comble à toutes les soirées du weekend.

2015 était une année particulière pour Club To Club. Celle des quinze ans, qui pour un festival désormais de renommée internationale, correspond à l'âge de la maturité. Il Festival ha festeggiato il compleanno col botto, regalandosi (e regalandoci) un cast stellare con Thom Yorke in esclusiva italiana come punta di diamante, il sold out di quasi tutte le serate ed un risultato portato a casa nell'acclamazione generale.

L'année dans laquelle démontrer définitivement d'être le festival de musique électronique le plus intéressant en Italie, ainsi qu'une institution et une fierté toute Turinoise. Le Festival a célébré  son anniversaire en beauté, en s'offrant (et en nous offrant) un casting stellaire avec Thom Yorke en exclusivité italienne comme figure de proue, le sold out de presque tous les soirs et un résultat digne d'être acclamé.

Un seul ticket, une nuit de clubbing

Club to Club est né en 2000 comme un festival dans lequel on pouvait entrer toute la nuit, avec un seul ticket, dans une sélection de clubs à Turin, sélection beaucoup plus restreinte de celle d'aujourd'hui. En quinze ans, c’est devenu un événement de cinq jours, pratiquement non-stop, qui rassemble les grands artistes de l'électronique et pas seulement, le public et les experts du monde entier: le seul en Italie. Le directeur artistique, Sergio Ricciardone, co-fondateur du festival avec Roberto Spallacci et Giorgio Valletta (tous de Xplosiva), le décrit de cette façon: «Nous avons toujours essayé de représenter au mieux les évolutions les plus surprenantes et aventureuses de la scène musicale et artistique contemporaine. Club to club continue à nous transmettre ces changements avec l'autorité du plus ancien festival de sons nouveaux en Italie: les constantes sont l'attitude à conjuguer pop et avant-garde, parfaitement incarnée cette année par Thom Yorke et l'année dernière par le Maestro Franco Battiato, et Turin, la ville où les trois âmes indissolubles - royale, industrielle et contemporaine -. sont représentées dans l'esprit du festival". Un esprit  auquel contribue le riche calendrier de projets spéciaux, comme l’Absolut Symposium, au siège du Festival à l'Hôtel AC, et surtout la programmation début Novembre, pendant la Contemporary Week: une semaine pendant laquelle Turin est l'épicentre des événements nationaux et des initiatives de l'art contemporain.

Un marathon musical de cinq jours

Le line-up de #C2C15 était vraiment étoffée: plus de 100 artistes de 10 pays différents se sont produits. Le public n’était pas en reste: plus de 40.000 personnes (y compris des dizaines de milliers hors Turin) ont participé, aboutissant à un évènement à guichets fermés (pour la première fois dans l'histoire du festival) tant le vendredi que le samedi soir.Le programme a été construit en donnant une large part aux artistes les plus novateurs et intéressants de la musique indépendante, de la danse et de la pop.

Le 4 Novembre, l'Allemand Apparat, présent presque chaque année, a ouvert le bal avec "Soundtracks Live" se produisant dans le rôle inédit de compositeur, exécutant avec son groupe des morceaux écrits pour des films et spectacles dans une version plus ambiance que techno; il a aussi inauguré le Conservatoire comme nouvel emplacement du Festival. La  soirée suivante, l'événement à ne pas manquer se tenait au Teatro Carignano, le beau théâtre baroque au cœur de Turin, où Floating Points a célébré la sortie de "Elaenia" avec un live électro-jazz envoûtant.

Vendredi soir dans les salles de Lingotto Fiere, l’excitation était à son comble et le spectacle ne s’est pas fait attendre. Le line-up était riche et ambitieux et rassemblait des artistes très différents, dans un mélange fascinant d'avant-garde et de pop. En quelques heures, ont fait tremblé les murs de l'ancien complexe industriel : Omar Souleyman chanteur de mariages syriens propulsé sur la scène internationale grâce à la combinaison de la musique électronique et Dabka traditionnelle, qui a ouvert de nouvelles frontières aux sons du Festival, mais dont la performance sur scène à Turin a été un peu insipide; Holly Herndon, avec sa réflexion sur la relation entre l'homme et l'ordinateur; Battles, monstres de bravoure qui mélangent rock, prog et électronique; les grandioses Ninos du Brasil, Anthony Naples et Todd Terje qui ont remplis la Salle Gialla (la deuxième scène qui a remplacée la Salle Rossa historique) bien que sur la scène principale étaient présents les poids lourds du Festival. Four Tet a concentré son DJset sur le nouvel album "Morning/Eveningr", et bien que toujours très bon, il a peut-être trop oscillé entre poussée techno et extraits aux sonorités indiennes. Après trois quarts d'heure d'attente, qui menaçait de casser le rythme de la soirée, Thom Yorke est finalement monté sur scène pour rappeler à tous pourquoi ils est au-dessus du lot. Avec Nigel Goldrich et Tarik Barri (auteur des visuels impressionnants), dans un superbe crescendo, il a hypnotisé le public par son charisme et avec les chansons de ses albums solo (le dernier est "Tomorrow’s modern boxes", qui a donné le titre au set). Jouer après lui en aurait intimidé plus d'un, mais Jamie XX ne s’est pas laissé impressionner et a fait danser le public pas encore fatigué avec une série de feux d'artifice dans lequel les chansons de son premier album solo «In colour» n’ont pas manqué.

Non è finita. Domenica, per la prima volta quest'anno, Club to Club si è esteso fino a San Salvario, con un mercatino e con i live di Nigga Foxx e di Kode9. Nonostante la stanchezza dopo un weekend di ebbrezza musicale e artistica, il pubblico ha partecipato con calore alla giornata di chiusura.

La nuit suivante, le deuxième acte d'une pièce déjà gagnante, a vu sur scène, avec une programmation plus nettement marquée techno, nos Giorgio Valetta et Vaghe Stelle, les protagonistes de l’Italian New Wave; Oneohtrix Point Level dont le set très expérimental était intéressant mais encore à roder; Andy Stott, dont l'album "Faith in Strangers" est aussi bien que ses performances sur scène;  les très applaudis Not Waving + Powell, Rabit, Lotique, Sprawl; Nicolas Jaar, ont mis en place un set hybride entre DJ et live conçu et pensé spécifiquement pour la soirée, presque onirique; le gourou de la techno de Detroit Jeff Mills, lui aussi une présence constante au Festival, qui en est par ailleurs un grand supporter; et enfin Shackleton, avec son afro-hypnose qui a conclu une soirée mémorable. Et ce n'est pas fini. Dimanche, pour la première fois cette année, le Club Club s'est déplacé jusqu'à San Salvario, avec un petit marché et un live de Nigga Foxx et Kode9. Malgré la fatigue après un week-end d'ivresse musicale et artistique, le public a participé avec enthousiasme à la journée de clôture.

Salutitions de C2C:  est-ce un adieu ou un au revoir?

 Qualche mese fa non sembrava così scontato: Xplosiva si è trovata a dover gestire la perdita del main sponsor e un'impasse con la giunta cittadina, le cui valutazioni politiche errate rischiano di far perdere a Torino una delle sue eccellenze culturali. Gli organizzatori, prima dell'inizio delle danze, hanno dichiarato che non è detto che questo non sia l'ultimo anno di Club to Club a Torino. Vedremo se nel 2016 sarà il Lingotto a illuminarsi ancora e risuonare della più acclamata musica

Le résultat du festival ne peut que laisser tout le monde satisfait: il conforte sa place parmi les grands festivals internationaux de musique, grâce également à l'organisation minutieuse et un dialogue continu avec le public. Il y a quelques mois la tenue du festival ne semblait pas assurée : Xplosiva s'est trouvé confronté à la perte du sponsor principal et une situqtion d'impasse avec le conseil de la ville, dont les manoeuvres politiques erronées ont quasi fait perdre à Turin l'une de ses excellences culturelles. Les organisateurs, avant le début des festivités, ont déclaré qu'il n'est pas dit que ce ne soit pas la dernière année de Club to Club à Turin. Nous verrons si en 2016 la musique électronique r2sonnera de nouveau à Lingotto.