Ride, de retour sur la route

Article publié le 18 novembre 2015
Article publié le 18 novembre 2015

Près de vingt ans après leur séparation, Ride est de retour. Café Babel est parti à la rencontre des shoegazers, qui ont bien grandis.

Curieux comme des groupes qui avaient implosé, finissent par connaître une seconde carrière. L'automne dernier, on apprenait ainsi le retour de Ride. Cette renaissance, tout comme celle des collègues du label Creation­­ My Bloody Valentine ou encore Slowdive­­ illustre l'endurance de la scène shoegaze. Les « contemplateurs de chaussures », comme les avaient surnommés avec mépris la presse musicale, n'avaient pourtant jamais connu de véritable succès en dehors de l'underground britannique. Mais leurs constructions dissonantes et leurs voix éthérées n'en finissent pas de hanter le rock indé mondial.

Parmi eux, quatre adolescents d'Oxford ­Ride­ avaient inauguré les années 90 avec Nowhere, l'un des meilleurs albums de la décennie. Un son qui faisait le pont entre le psyché et Jesus and Mary Chain. Suivirent trois autres albums, pas toujours aussi inspirés, jusqu'à la séparation en 1996. Les amis étaient devenus des rivaux. De toute façon, tout le monde n'en avait plus que pour la Britpop...

Dix­ huit ans après, les adolescents sont devenus des papas, tandis que Ride a grandi en influence. Car dans l'ombre les fidèles ont continué d'admirer leur musique, tandis que les rangs de fans enflaient par l'afflux de nouvelles recrues qui n'étaient même pas forcément nées durant l'apogée de Ride.

Lors d’un passage dans l’Hexagone au milieu de leur tournée, Andy Bell (composition,chant, guitare) et Steve Queralt (bassiste) sont revenus sur leur réunion, les raisons de leur séparation et les années 90, un âge d'or dans la psyché britannique.

Alors, ça fait quoi d'être de retour en tournée en tant que Ride ?

Andy : C'est vraiment cool. 

Steve : Fatigant aujourd'hui. Mais c'est toujours beaucoup de plaisir.

Est­ce que vous aviez un sentiment de travail inachevé ?

Andy : Dans un sens, oui, parce que le groupe n'était pas parti sur une bonne note. C'est génial d'avoir la chance de revenir et de reprendre là où on s'était arrêté, d’accomplir notre destin, quel qu’il soit.

Qu'êtes­vous devenus pendant toutes ces années ?

Andy : Nous avons juste continué à vivre nos vies...Certains ont continué de jouer dans des groupes. D'autres, sont passés à d'autres choses...

Steve : Et surtout, nous avons fondé des familles.

Andy : A nous quatre, nous avons eu dix enfants. Après Ride j'ai joué dans Hurricane #1 pendant deux ou trois ans. Et puis j'ai rejoint Oasis. J'ai joué avec eux pendant dix ans. Après leur séparation, j'ai suivi Liam, avec qui nous avons formé Beady Eye, qui a sorti deux albums en cinq ans. Loz (Colbert) et Mark (Gardener) ont formé un groupe, the Animalhouse. Mark a ensuite continué en solo et a produit quelques artistes, tandis que Loz a joué de la batterie pour beaucoup de grands artistes: Jesus and Mary Chain, Gaz Coombes, etc. Quant à Steve, il a rejoint le monde réel.

Steve : Et j'ai pas aimé ça, c'est pour ça que je suis de retour.

Qu'as ­tu fait ?

Steve : J'ai fait un truc « normal » et ennuyeux dans un bureau...C'est pour ça que je suis bien chanceux de pouvoir remonter sur scène.

Comment ça s'est passé, cette réunion ?

Andy : Nous avons été contactés par notre manager, qui nous a dit que nous avions reçu de nouvelles offres pour des concerts. Ce n'était pas la première fois, mais cette fois ci, nous nous sommes tous dit que c'était une bonne chose à faire. Nous étions disponibles, et cela semblait le bon moment. Surtout, nous avions la volonté de le faire.

Êtes ­vous restés en bon termes tout ce temps ?

Steve : Cela aurait été impossible si nous n'étions pas restés amis dans une certaine mesure. Nous sommes restés en contact durant ces vingt dernières années. Bien sûr, il y a eu six mois de froideur après la séparation. Mais les choses se sont ensuite arrangées, nous nous retrouvions au moins une fois par an.

Pourriez­ vous revenir sur les raisons de la rupture ?

Andy : Je pense qu'une bonne partie était due à notre jeunesse, à une certaine immaturité...Nous n'étions pas prêts à gérer ce genre de pressions. Et puis tu sais, faire de la musique nécessite de travailler dur. Mais nous avions fondé ce groupe quand nous étions ados, et nous n'avions pas signé pour cela, si tu vois ce que je veux dire. Tu signes avant tout pour avoir du succès et faire le tour du monde. Mais quand on en vient à la partie où il faut travailler dur, tu te sens un peu arnaqué... (rires)

Steve : Je pense que ce n'est pas plus compliqué que cela : nous avons fait un burn-­out. Nous avons fait ce que nous avons pu, mais n’avons pas réussi empêcher la mort naturelle de Ride.

Andy : Je pense aussi que le vent tournait : nous n'étions plus parmi les groupes du moment. Nous ne l'avons pas admis à l'époque, mais cela a une grande importance, car quand tu as du succès, cela ne te gênes pas de travailler dur, de persévérer... mais quand c'est moins le cas, les choses deviennent plus compliquées. Et quand en plus les rapports avec tes collègues ou tes proches sont rudes, les choses peuvent s'écrouler très rapidement.

C'était comment d'avoir du succès musical dans les années 90 ?

Andy : Pour nous c'est allé très vite...Maintenant que cela fait quelques années que je fais partie de ce monde, je peux avoir un peu de recul. Je peux te dire que c'était plutôt génial. L'ascension a été rapide, à chaque fois on jouait dans une salle plus grande...Mais c'est difficile à décrire... parce que nous étions pris par l’instant, nous n’avions pas le temps d’y réfléchir.

Steve : Oui, nous ne savions pas à quel point nous étions chanceux, jusqu'à ce que l'on atteigne le pic et que l'on commence à jouer dans des salles de plus en plus petites.

Andy: Tu ne peux pas vraiment apprécier le succès avant d'expérimenter l'échec. Si tu travailles très dur et que tu enchaînes les échecs mais que tu finis par rencontrer le succès, tu apprécies vraiment. Mais si comme nous, tu n'as connu que le succès, si jeunes, tu en viens à considérer cela comme un acquis.

Justement, quelles leçons avez­ vous tirées de vos échecs?

Andy : Difficile à résumer. Musicalement : si tu fais quelque chose dans lequel tu crois, et que cela échoue, tu n'as pas à te sentir mal. Mais si tu fais des compromis et que cela échoue, c'est là que tu te sens vraiment mal. J'ai connu ça, et je te dirais : ne fais pas de compromis, car de toute façon, tu as plus de chances de réussir si tu restes fidèle à ce en quoi tu crois. C'est mon conseil.

Vous avez dû faire des compromis à l'époque ?

Andy : Pas avec Ride, non. Si les choses avaient été différentes, c'est à dire si on avait adopté une attitude commerciale et si nous avions eu une major derrière nous, qui serait régulièrement intervenue, alors peut­-être.

Steve: Nous avions le contrôle absolu sur tout. Mais en effet, si une major avait été derrière nous, on nous aurait dit que le quatrième album était une erreur, que l'on n'aurait pas dû le sortir, ou que le troisième album aurait dû être mixé par machin, etc...

A ce propos, vous avez commencé à réfléchir à un prochain album ?

Andy : C'est la grande question, mais pour le moment nous n'avons pas de réponse. Si nous écrivons de nouvelles chansons, elles doivent être aussi bonnes que celles que les fans aiment. C'est un grand mur à escalader. Nous ne le ferons pas, à moins d'avoir quelque chose de vraiment bien à offrir.

https://www.youtube.com/watch?v=58Aq­z_T3_k

Et que pensez­ vous de la persévérance du shoegaze ?

Andy : C'est surprenant... C'est marrant, parce que le shoegazing est un terme qu'à l'époque je n’ai lu que quatre ou cinq fois. Et c'était plus ou moins une insulte. Alors ma théorie c'est que les fans américains ont inversé le sens de ce mot. Au début des années 90, nous avons fait une ou deux tournées avec Lush, Slowdive, et Pale Saints. Donc, certains des groupes les plus reconnus du shoegaze. Il y avait un vrai appétit pour cela. Je pense que ces tournées ont allumé quelque chose là ­bas qui a brûlé plus longtemps qu'au Royaume­Uni. Parce que tu sais, au Royaume-­Uni les scènes musicales alternent rapidement. Juste après le shoegaze, c'est la Britpop qui a pris la relève. Et elle est devenue tellement importante que le shoegaze a été vite oublié.

D'ailleurs, vous pensez quoi de la Britpop, ce mouvement qui vous a, en quelque sorte, évincé ?

Andy : J'aimais bien. J'étais un grand fan d'Oasis avant de commencer à jouer pour eux. Je suppose qu'ils le savaient avant de me demander, d'ailleurs...Pourtant, ce mouvement n'avait pas grand-chose à voir avec Ride, même si l'on a parfois été assimilé à un groupe britpop...

Steve : C'était pas mon truc. J'aime quand la musique est un peu plus sombre et mélancolique. La Britpop c'était plutôt l’exubérance et la quête du bon temps.

Andy : Tout l'opposé de Steve.

D'ailleurs, est ce que cette particularité de la Britpop n'était pas à l'image de l'humeur nationale ?

Andy : Oui, tout à fait. Si la Britpop a eu tant de succès, c'est en partie parce que le pays était euphorique.

Steve : L'économie était très forte. Sous le gouvernement Blair [élu en 97 ndlr], il y avait peu de chômage. Les gens étaient heureux et avaient de l'argent à dépenser... Londres était devenue tout à coup la ville la plus cool du monde...Donc oui, c'était une période positive, et la musique reflétait cela.

Andy : Pour ceux qui comme nous étaient nés dans les années 70, tout ce que nous avions connu, depuis que nous avions acquis une compréhension de la politique, c'étaient les gouvernements conservateurs, ceux de Thatcher et John Major. Et même quand on a eu l’âge de voter, à partir de 88, les conservateurs ont continué de gagner. Donc quand le Labour a gagné en 97, cela a été un moment énorme pour notre génération, comme l’impression que désormais tout irait mieux. Mais cela n'a pas été le cas. Cela a été dix fois pire parce que la politique était identique, mais cette fois l'espoir était parti. C'était une période de prospérité économique, mais seulement en apparence...

Steve: Fondée sur le crédit.

Andy : Et puis en 2003, quand le pays est allé faire la guerre en Irak....tout le monde avait plus ou moins perdu intérêt en la politique. Et cela va être difficile de le retrouver, car personne ne veut s'engager en ce moment.

Et aujourd’hui, que pensez vous de la situation du Royaume-­Uni ?

Andy : Ce n'est pas vraiment prometteur. Toujours plus de services publics sont démantelés, vendus à perte, transformés en entreprises lucratives... La seule chose que l'on peut espérer, est que l'on atteigne vite le point, où l'on sera obligé de faire quelque chose, de changer tout cela en

profondeur.