Revenu de base : la Finlande régale 

Article publié le 6 janvier 2017
Article publié le 6 janvier 2017

Le jour de l'An, la Finlande a décidé de tester l'efficacité du revenu de base : 2 000 chômeurs seront sélectionnés au hasard, et 560 euros leur seront versés tous les mois pendant deux ans. Cette expérience controversée a fait parler d'elle dans un grand nombre de pays européens par le passé. Mais concrètement, peut-elle fonctionner ?

Finlande -Kaleva : motivés, motivés 

Avec un peu de chance, l'idée d'un revenu de base sera bien exploitée, écrit Kaleva : « Cette expérience devrait répondre à une question cruciale : un revenu de base permet-t-il de stimuler l'emploi ? L'objectif du revenu de base est de simplifier le régime de sécurité sociale, de favoriser la motivation et de donner moins d'importance à l'écrasante bureaucratie qui tend à mener à la passivité. Actuellement, le lien entre revenus et aides sociales est complexe : tout finit par influencer tout le reste, et la prise d'initiative n'est pas encouragée... Espérons que cette expérience — menée par l'Institut d'Assurances Sociales Kela — permettra de valider l'hypothèse selon laquelle un revenu de base a un effet stimulant, et qu'elle ne se transformera pas en une véritable catastrophe morale... Cette expérience en est encore au stade embryonnaire et il sera nécessaire d'en mener bien d'autres par la suite. Mais au moins, un premier pas a été fait. » (06/01/2017)

Pays-Bas - NRC Handelsblad : mission impossible

Selon NRC Handelsblad, l'intention est bonne mais l'objectif est impossible à atteindre : « Le revenu de base est trop faible pour que ce test nous permette d'en tirer de réelles conclusions. Le montant versé est sans doute insuffisant pour entraîner un changement de comportement chez ceux qui le reçoivent. Et même si cela se produisait, ces changements ne seraient pas assez importants car les participants savent que l'expérience se terminera dans deux ans. C'est dommage... L'idée est intéressante, mais le principal problème réside dans sa réalisation concrète. On peut avoir des idées merveilleuses pour révolutionner le système, mais elles sont ce qu'elles sont : à savoir une tentative de transformer un système entier, complexe et intégré en quelque chose de différent. Une transition en douceur est difficile à mettre en place. » (05/01/2017)

France - La Tribune : un cercle vicieux

La Tribune est également sceptique quant à cette expérience, et pense que l'introduction d'un revenu de base national aurait d'importantes répercussions : « Si une part importante de la population choisissait de vivre avec des moyens limités, le marché du travail pourrait se retrouver en situation de pénurie. La conséquence en serait un impact négatif sur l'économie, dont le dynamisme est précisément la condition nécessaire à la mise en place d'un revenu universel. Mais si un tel programme était appliqué à l'échelle du pays, il faudrait recourir à des hausses d'impôts massives pour le financer, et elles seraient imposées notamment sur les couches moyennes de la population. Ces dernières, en voyant leur pouvoir d'achat amputé, pourraient à leur tour vouloir réduire leur temps de travail et donc leurs revenus, l'effet richesse étant annulé au moins partiellement par l'impôt. Dans tous les cas, les retombées sur l'ensemble de l'économie ne seraient pas neutres, la consommation étant un facteur de soutien de la croissance économique. » (05/01/2017)

___

Cet article est publié en partenariat avec euro|topics