Réveillon traditionnel, année sensationnelle !

Article publié le 20 décembre 2007
Publié par la communauté
Article publié le 20 décembre 2007

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

En plein cœur de l'hiver, lors des douze coups de minuit, champagne, feu d’artifice et overdose de foie gras devraient réchauffer la nuit de la Saint-Sylvestre. Mais pas seulement.

Italie : vaisselle jetée par la fenêtre

En Italie, la nuit où les ‘ragazzi’ et les ‘ragazze’ fêtent la Saint Sylvestre -le soir du 31 décembre-, pas question de dormir. Le dicton populaire de ‘lo stivale’ est claire : les gens qui dorment le soir du Nouvel An dormiront toute l’année – et ce n’est pas de bon augure. Pour éviter une année paresseuse, les Italiens préfèrent s'assurer que la fête durera toute la nuit et bien entendu, le champagne ou la bière sont censés couler à flots. À Naples, la tradition veut que l’on se débarrasse des vieux vêtements, meubles et vaisselle, en les jetant par la fenêtre. Les festivités continuent le lendemain, pendant le ‘Capodanno’, le jour de l'An. Les plus courageux peuvent le lendemain à midi sauter du haut du pont Cavour à Rome, dans les eaux froides du Tibre ! En revanche, certains consommateurs de pâtes, plus frileux, préfèrent déjeuneur calmement des lentilles et la fameuse ‘zampone’ de Modena, l’un des plats typiques du réveillon.

Autriche : plomb porte-bonheur

La Saint-Sylvestre est également une grande fête en Autriche où les gens ripaillent sérieusement et restent très longtemps à table. Un peu avant minuit, ils sortent dans la rue et trinquent au champagne. La capitale, Vienne se transforme alors dans une véritable salle de bal quand la ‘Pummerin’ [la plus grande cloche d’Autriche] sonne les douze coups de minuit et des milliers de personnes dansent au son de la valse. Les Autrichiens, ainsi que leurs voisins allemands ont l’habitude de fondre un morceau de plomb dans une cuillère placée au-dessus d’une bougie. Quand le plomb fond, ils le jettent dans un récipient d’eau froide puis essayent de deviner quelle est la forme du morceau de plomb quand il se solidifie. Les figures qui surgissent indiquent les présages pour l’année à venir. Les gens s’offrent aussi des porte-bonheur, comme les petits cochons de massepain ou des trèfles à quatre feuilles.

Portugal : 12 raisins pour 12 vœux

Selon l'adage, « ce que l’on fait pendant les premiers heures du nouvel an, va se répéter toute l’année ». Pour que la chance soit présente toute l’année, les Portugais, comme leurs voisins Espagnols, montent à minuit sur une chaise, mangent 12 raisins et font 12 vœux, un pour chaque mois de l’année. Sans oublier d’étrenner leurs sous-vêtements bleus (en Espagne ils doivent être rouges). Outre les superstitions, en famille ou entre amis, les Portugais aiment bien fêter le Nouvel An dehors. Les plus traditionalistes font du bruit dans les rues avec leurs poêles et leurs casseroles en chantant les ‘Janeiras’ de porte en porte, pour souhaiter une bonne année à leurs voisins. Les plus fêtards partent dans le Sud pour la ‘movida’ de l’Algarve, d’autres partent à Madère pour assister au plus grand spectacle pyrotechnique du monde, selon les dires de la Guiness World Records [6km d’extension et 2,7 km de large, autour de la baie de Funchal - capital de la ‘perle de l’Atlantique’]

Roumanie : charrue bruyante

Le ‘Revelionul’, la fête de fin d’année chez les Roumains, est célébrée en famille ou entre amis jusqu’au petit matin et une majorité de locaux se réunissent dans la rue, comme on l’a vu lors de leur adhésion a l’Union, en janvier 2007. À table, on se régale de ‘Sarmale’ (mélange de viande et de riz, roulé dans des feuilles de choux farcis, avec de la crème) et aussi beaucoup de gâteaux typiques, comme le ‘Cozonac', à base de noix. Dans les régions plus rurales, où les traditions plus anciennes et plus païennes survivent encore, on peut trouver des petits groupes déguisés dans les rues, qui conduisent une charrue miniature en bois, la ‘Plugusorul’. Au même temps, les enfants font sonner des clochettes en récitant des petits poèmes traditionnels de vœux.

Royaume-Uni : défilés aux flambeaux en Ecosse

C’est bien connu : la fête de la Saint-Sylvestre, ou le ‘Hogmanay’ comme l’on dit à Edimbourg, ‘la capitale festive' par excellence du réveillon européen est reine dans le cœur des Ecossais et des touristes -qui sont environ 100 000 à se retrouver chaque année-. Les célébrations du ‘Hogmanay’ [un nom qui dérive soit du gaélique – 'oge maidne' pour nouveau matin –, soit du français – ‘homme est né’] sont étroitement liées aux traditions païennes du solstice d’hiver. Selon les légendes, les Vikings, les Celtes et les Romains, pour défier le froid et le noir de la nuit, éloigner les mauvais esprits et prévoir le réveil du printemps, s’offraient plusieurs jours et nuits de solennités, en dansant et fêtant autour des grands feux. Aujourd’hui à Edimbourg la tradition consiste à recréer cette ambiance : hommes, femmes et enfants déguisés en barbares partent de Royal Mile et défilent partout en portant des grands flambeaux dans les mains.

10 hauts lieux pour le rendez-vous de l’année

Lisbonne : Place do Comércio ou Parque des Nations, avec le Tage aux pieds

Berlin : Porte de Brandenburg, pas trop loin des ruines de l'ancien Mur

Paris : Champs-Elysées ou Champs de Mars, en face de la Tour Eiffell

Madrid : Place de la Porta del sol, à côté du grand horloge de 4 faces

Londres : Trafalgar Square devant la National Gallery, ou devant le Big Ben.

Prague : Vielle Ville ou dans les rives du Vlata

Brussels : Jardins du Parc de l'Albertine, au Monts des Arts.

Vilnius : Place de la Cathédrale, où se dresse l'Arbre de Nöel

Budapest : Place Oktogon, Place Vörösmarty, Place Nyugati

(Photos: Homepage ©modelux.com; Italie ©Mitchkitter/flickr; Autriche ©cicadashell/flickr; Portugal ©lazy6262/flickr; Roumanie ©Ioara Magazin/flickr; Royaume-Uni ©chatirygirl/flickr; Box ©TheAlieness/flickr)