Retour à Herten

Article publié le 19 mai 2010
Publié par la communauté
Article publié le 19 mai 2010
Il y a trente ans, j'ai quitté la Ville de Herten située au nord de la Ruhr. A l'époque, 20 000 personnes travaillaient dans les mines sur une population de 70 000 personnes. L'agglomération de la Ruhr avec ses 53 communes avait presque 6 millions d'habitants.
Aujourd'hui, la Ruhr n'a plus que 5 millions d'habitants, ce qui est toujours plus que la plupart des capitales européennes, y compris Berlin et son agglomération. A l'exception de l'ancienne RDA, aucune région allemande a connu un si profond changement ces derniers temps.

Dans la ville de Herten, la dernière des 5 mines a fermé en 2008. La ville a un taux de chômage de 11% - la moyenne allemande étant à 8,2 % - mais la tendance est à la baisse. Le nouveau défi des pouvoirs publics et de l'industrie est la qualification des jeunes. La compétition commence pour attirer les jeunes dans un pays ou le changement démographique se fait sentir.

Malgré cette diminution de population et d'activité industrielle, il y a autant d'autoroutes, plus de voitures et surtout plus d'activités culturelles et d'universités dans la région. La vie reprend sur les sites dédiés au charbon, longtemps fermés derrière des murs et réservés aux hommes. Des pistes cyclables et des ports de plaisance rendent maintenant accessibles des rivières, des étangs et des collines, des bois et des prés émergent. Des bâtiments industriels sont devenus des halls de concert ou des musées. Willy Brandt a tenu la promesse de sa campagne électorale de la fin des années '60: le ciel est redevenu bleu sur la Ruhr.

Cette situation rappelle bien-sûr le nord de la France et pourtant, il y a des grandes différences, je crois. Dans la Ruhr, quelques-unes des plus grandes entreprises allemandes ont leur siège: EON/Ruhrgas et RWE du secteur d'énergie, ThyssenKrupp et la première entreprise de BTP en Allemagne, Hochtief. Même si Berlin est beaucoup plus loin que Bonn, aucun gouvernement fédéral peut ignorer la Rhénanie du Nord Westphalie avec ses 17 millions d'habitants. Les aides de restructuration et de recherche viennent surtout du gouvernement régional à Düsseldorf et des fonds européens ainsi que de l'industrie locale. L'ambition est grande: répondre au défi climatique sans renoncer à la base industrielle, réussir l'intégration de la population immigrée, notamment turque, stopper le déclin démographique et se positionner dans l'économie du 21e siècle. Les banques de Francfort, l'industrie automobile de Stuttgart ont perdu de prestige. C'est peut-être le moment pour créer des activités nouvelles ?

A partir de demain, je noterai tous les soirs mes expériences quotidiennes. J'ai envie de maintenir ainsi un lien avec mes amis de l'autre côté du Rhin et avec la langue francaise. Je pense aussi que la Ruhr est un laboratoire des problèmes et des potentiels de l'Allemagne en Europe et de l'Europe à l'époque de la globalisation.

Babette