Répression en Lybie : l’UE, vendeur d’arme et spectateur

Article publié le 22 février 2011
Article publié le 22 février 2011
Les forces de l'ordre libyennes répriment de plus en plus brutalement les manifestants, certaines informations évoquant même des attaques aériennes, mais le mouvement de révolte populaire continue de s'étendre. La presse européenne rappelle des éléments dérangeants pour l’UE : exportations d'armes vers la Libye et dépendance au pétrole libyen permettent de comprendre la gêne face à l’opression.

Blog Ivo Indjev – Bulgarie : Silence gêné de l’ONU

Le Conseil de sécurité de l'ONU doit se réunir à huis clos ce mardi pour évoquer les événements en Libye. Sur son blog, Ivo Indiev évoque ce qui en ressortira : « La Russie reste calme et se frotte les mains de l'augmentation des prix du pétrole. La France et la Grande-Bretagne ne veulent en aucun cas que les sujets révoltés du chien enragé de Tripoli leur rappellent le manque de scrupules avec lequel ils ont flirté récemment avec lui. … La Chine se croise les doigts, dans l'espoir que le virus libyen ne gagne pas son propre peuple, en misant davantage sur la tradition confucéenne de l'obéissance et de l'harmonie sociale que sur l'analogie d'une révolution ébranlant le système du parti unique. Quant à la police mondiale, les Etats-Unis, la Maison-Blanche ne cessant de recevoir des appels de Riyad, d'Abu-Dhabi, du Koweït et de Bagdad, on ne sait plus qui ou quoi sauver cette fois-ci. »

(Article publié le 22.02.2011) 

De Morgen – Belgique : Ces armes libyennes « made in Belgium »

Le recours massif à la violence du régime Kadhafi pour venir à bout des manifestants a vraisemblablement causé plusieurs centaines de morts et cela provoque en Belgique des critiques dirigées contre les exportateurs d'armes du pays vers la Libye. Le quotidien De Morgen juge les fabricants d'armes et les politiques hypocrites : « Quelque chose nous dit qu'il est dans le domaine du possible que ce type de régime soit enclin à utiliser les balles qu'on lui fournit. C'est même quelque chose que l'on peut savoir avant de signer un contrat d'exportation. Les emplois et l'éternel argument 'Si nous ne le faisons pas, d'autres le feront à notre place' constituent depuis des décennies déjà le leitmotiv que les fabricants d'armes avancent et que les politiques concernés ne cessent de ressasser. Dans le drame de Tripoli, où les armes gouvernementales sont en train de commettre un massacre, on rejette désormais verbalement la moindre responsabilité, en déclarant que l'intention n'était pas là. Si les révolutions arabes peuvent faire changer les choses ici, alors ce serait de choisir plus prudemment les régimes que l'on soutient diplomatiquement et auxquels on livre des armes. »

(Article publié le 22.02.2011)

Süddeutsche Zeitung – Allemagne : Dépendance au pétrole, jusqu’à quand ?

Les troubles en Libye ont entraîné l'envolée du prix du pétrole, qui a atteint désormais son plus haut niveau depuis deux ans et demi. Le prix du Brent de mer du Nord a augmenté pour frôler les 107 dollars le baril (159 litres). Au lieu de réguler les marchés, la politique devrait se réjouir du fait que la raréfaction du pétrole incite à innover, estime le quotidien de centre-gauche Süddeutsche Zeitung. En effet, « fortement réguler les marchés ou interrompre subitement les opérations à terme de manière sélective, comme ne cessent de le demander certains politiques pour les matières premières énergétiques et surtout agricoles, ne constitue pas une solution adaptée tant que les paris correspondent à la tendance de base. Et celle-ci est la même pour la plupart des matières premières. La population mondiale augmente, la planète est déjà fortement exploitée. La demande de nombreuses matières premières croit en conséquence et l'offre ne peut pas toujours suivre. … L'expérience montre que l'on ne procède à une réorientation que lorsque ce qui existe devient (trop) cher. C'est la bonne nouvelle que recèlent ces mauvaises nouvelles. Et elle est aussi peu nouvelle que les récurrentes réactions exagérées des bourses. … Une augmentation soutenue du prix du pétrole peut permettre d'accroître la capacité d'innovation. »

(Article publié le 22.02.2011)

Der Standard – Autriche : L’Europe spectatrice malgré elle

L'Europe ne parvient tout simplement pas à exercer une influence en Afrique du Nord ou à s'investir à court terme, déplore le quotidien de centre-gauche Der Standard : « Ce n'est pas comme si les ministres des Affaires étrangères de l'Union devaient prendre des sanctions immédiates contre le régime de Tripoli. Qui oserait se mêler de la situation actuelle en Libye ? Il s'agit bien plus de définir des options d'action et des possibilités d'influence pour le moment ou l'incendie se sera apaisé. C'est ce que les Américains sont parvenus à faire au Caire, de manière tout à fait convenable compte tenu des circonstances. L'UE n'a en revanche ni plan coordonné, ni les moyens militaires ou financiers - volontiers évoqués - pour influer d'une quelconque manière sur des événements qui se déroulent sur son seuil. ... Ce n'est pas seulement embarrassant. Le prix à payer sur le plan politique sera considérable pour l'Europe. »

(Article publié le 22.02.2011)

 Illustration : Poster de Kadhafi : (cc)mshamma/flickr