Réfugiés : les modèles de migration d'un pays à l'autre

Article publié le 10 septembre 2015
Article publié le 10 septembre 2015

Alors que nous traversons la plus grande crise de réfugiés depuis la Seconde Guerre Mondiale, beaucoup d'Européens répètent qu'« on est pleins à craquer » ou qu'«on ne peut plus accueillir personne ». Il est temps de remettre les choses dans leur contexte, grâce à une carte de l'Organisation internationale pour les migrations.

Utilisant des données de 2010 de la Banque mondiale (qui seront bientôt remises à jour pour refléter des modèles plus récents), cette carte de l'Organisation internationale pour les migrations permet aux utilisateurs de suivre les migrations intérieures et extérieures de chaque pays.

Chaque cercle représente jusqu'à 20 000 personnes, et suit combien de personnes ont émigré ou immigré d'un pays à un autre. Ainsi, alors qu'il y avait plus de 500 000 Polonais au Royaume-Uni (selon des chiffres de 2013 ils seraient environ 700 000), il y avait plus d'un million de Britanniques en Australie, toujours selon les données de 2010.

L'immigration marche dans les deux sens et le privilège/accident que représente la naissance et qui permet à certaines nationalités de voyager librement alors qu'elle empêche d'autres de se protéger de la guerre, des conflits et de l'instabilité politique est un sujet dont on devrait plus parler.

Découvrez où vivent vos compatriotes :

Crédit : Organisation internationale pour les migrations - IOM.int