Réchauffement du Bout de la Planète.

Article publié le 2 juin 2009
Article publié le 2 juin 2009
Merci à James Painter pour son article sur les conséquences du changement climatique sur l'agriculture et l'économie chiliennes - en anglais, hein! (L'article a échoué dans la section Europe du site de la BBC, va comprendre.) Pas chouette: "Les vins chiliens, réputés dans le monde entier, pourraient souffrir tout particulièrement des changements de climat attendus.
"

A tel point que les entreprises vinicoles achètent déjà du terrain plus au sud... Je retrousse mes manches et je débranche le chargeur de mon iBook de suite.

Je m'en doutais: "Le Chili n'engendre qu'une petite partie des émissions de gaz à effet de serre mondiales. Mais en termes d'émissions per capita, le pays est l'un des pires d'Amérique Latine."

Pas évident d'être un peu écolo ici - et pas branché non plus. L'idée chilienne du progrès et de la "modernité" semble tendre vers des buildings plus hauts, des voitures plus grosses, et plus de conso jetable. Le dimanche, la famille moyenne prend sa voiture pour se distraire au centre commercial climatisé, rapporte des tas de sacs plastique inutiles, et ne recycle jamais ses déchets.

Je le savais: les chiliens s'inquiètent pour leurs centrales hydroélectriques.

J'ai remarqué ça l'an passé pendant mes vacances à Chiloé, habituellement l'un des coins les plus pluvieux du Chili, alors frappé par la sécheresse. Alors que les agriculteurs du Sud dépérissaient et que toute la région subissait des coupures d'électricité régulières, les Santiaguinos continuaient à arroser leur carré de pelouse avec zèle.

Mais alors ça...: "Les critiques notent que le Chili s'est engagé à construire des centrales à charbon (...) le charbon représentera 25% de l'électricité du pays d'ici 2020, et les émissions se multiplieront par 4, passant de 70 millions de tonnes annuels aujourd'hui à 300 millions en 2030."

Charbon...? J'ai bien lu CHARBON?! Quelqu'un peut m'expliquer?

Image: Explora-CONICYT, 2008.