Rajoy et Merkel : pélérinage pour l'Europe

Article publié le 24 août 2014
Article publié le 24 août 2014

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Les 24 et 25 août, Mariano Rayoj et Angela Merkel se réunissent à Saint-Jacques de Compostelle, capitale de la Galice, pour un sommet destiné à décider des prochains porte-feuilles lors du prochain Conseil Européen.

Lors de leur réunion à Saint-Jacques de Compostelle, les deux dirigeants espagnol et allemand aborderont la répartition des porte-feuilles des ministres l'Union Européenne suite aux dernières élections, ou le soutien porté à Luis de Guindos, ministre actuel de l'économie espagnole pour occuper le poste de Président de l'Union Européenne. Le président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, compte sur le soutien de la chancelière Angela Merkel et de son ministre de l'économie, Wolfgang Schäuble, afin que De Guindos entre en présidence. Bien que le sujet n'ait pas été abordé lors du sommet précédent, Rajoy a garde l'espoir qu'il soit suffisamment soutenu par les grands de l'Europe pour que l'ex de Lehman Brothers assume le poste.

Rajoy espère également que Miguel Arias Cañete, numéro 1 du Parti Populaire lors des élections européennes occupe le siège de commissaire européen de l'Espagne, et ce bien que le Président de la Commission, Jean-Claude Juncker, ait exprimé son inquiétude face au nombre réduit de femmes sur les bulletins de vote pour lui succéder ; seuls 9 noms féminins semblent fixes, un chiffre loin de la parité annoncée par le président en place. Malgré cela, on continue à parier en Espagne sur l'élection de M. Cañete à un poste économique important, même si le PSOE a demandé à Mariano Rajoy de choisir une femme du PP pour ce poste pour le remplacer, considéré machiste par une bonne partie de la gauche espagnole et européenne.

Puis Rajoy et Merkel aborderont d'autres dossiers concernant les relations internationales, notamment la situation en Ukraine et le véto russe seront au coeur des débats, et bien entendu, la quête d'une régénération économique européenne en général et espagnole en particulier.

Quand tout cela sera terminé, les deux dirigieants se feront touristes : au programme, une courte étape sur le Chemin de Saint-Jacques et la visite de la cathédrale de Saint-Jacques de Compostelle.