Qui a peur d’un président de l’UE élu au suffrage universel ? ( les socialistes ?)

Article publié le 3 février 2009
Publié par la communauté
Article publié le 3 février 2009
Rappelons brièvement que l’idée du choix du président de l’UE via les élections, de Jacques Delors , est révolutionnaire à plus d’un titre. D’une part son originalité vient du fait que sa mise en œuvre, contrairement à tous les échafaudages habituels, ne nécessite aucun traité ni aucun accord des états.

Il suffit seulement d’utiliser l’existant, le parlement européen, dont les partis peuvent prendre l’initiative de présenter leur candidats à la présidence. A l’issue des élections, il serait donc impossible pour le conseil, composé des chefs d’Etats, de passer outre la volonté populaire exprimée pendant la campagne.

Le président de la Commission cesserait d’être « nommé » pour être élu, ce qui représenterait une avancée substantielle de la démocratie en Europe…

Or, à ce jour, malgré les différentes initiatives dans ce sens, les partis qui devraient être doublement concernés par un sursaut surcroît de démocratie et d’intégration européenne, en particulier les Verts Européens et le Parti Socialiste Européen ( PES), semblent faire la sourde oreille…

Mieux vaut un Président élu qu’un Commissaire nommé

Outre les difficultés propre au partis européens, démultipliées par un mode de scrutin qui favorise les logiques nationales, il existe aussi une opposition de fond pour certains, basée sur la crainte de favoriser un régime « présidentiel ».

Disons le tout de suite : le présidentialisme « à la française » ou « à l’américaine » ne serait pas une bonne chose pour l’Europe ( ni pour aucun régime d’ailleurs). Comme les referendum, il tendrait à appauvrir le débat par un polarisation binaire. Les idées passeraient très vite derrière les personnes et les effets, comme lors du dernier débat présidentiel français.

Mais les socialistes et les verts européens, rétifs à l’élection d’un président de l’UE se trompent doublement, car il ne s’agit pas de cela.

Constatons que le débat européen ne pourrait déjà pas être plus anémique…de ce coté il n’à donc craindre qu’une amélioration.

Ensuite, contrairement aux élections françaises, cette élection reste une élection parlementaire, et le « président » ne serait élu que de manière indirecte.

En définitive, ce seraient toujours les partis qui définissent le président…et celui-ci deviendrait plus que jamais tributaire et responsable devant les parlementaires ( bien plus qu’il ne l’est aujourd’hui). Cela constituerait déjà un progrès immense, au bénéfice du parlement européen, avec un rééquilibrage des pouvoirs.

Une chance historique….peut être la dernière ?

Dans le contexte d’infériorité du parlement européen face aux Conseil, les craintes d’une « présidentialisation » paraissent bien minces fassent aux bénéfices que cette initiative peut apporter au parlement lui-même.

Il s’agit en définitive rien de moins pour le parlement européen que de trouver un levier, à travers cette « incarnation du débat » qui lui permette d’asseoir sa légitimité, et partant, de mettre la démocratie au centre des institutions européennes.

Car dans un contexte d’élections européennes ou dominent encore les clivages nationaux issus du cloisonnement des médias et du scrutin, la mise en avant des chefs de partis peut apporter un supplément d’âme et un décloisonnement indispensable à la naissance d’un vrai débat démocratique paneuropéen :

Les citoyens européens commenceraient à se prononcer sur leurs idées en supportant un candidat non nécessairement national, ce qui constitue un engrenage fondamental vers une prise de conscience de notre communauté de destin.

On constate à contrario avec l’exemple du TCE et let traité de Lisbonne que l’Europe intergouvernementale à 27 est devenue incapable d’accoucher d’aucune reforme. La crise financière va encore accroître l’effet centrifuge et le repli sur soi, d’une manière critique.

Le temps des échafaudages démocratiques « parfait » reposant sur la bonne volonté des états est dépassé. Désormais, c’est à la démocratie européenne et à ses représentants de prendre directement le relais.

Pour cela, les parlementaires européens doivent d’abord asseoir leur légitimité, et l’élection d’un président de l’UE est le meilleur - et le seul - outil qu’ils aient à leur service.

Le choix ne balance donc pas entre la crainte d’une très hypothétique présidentialisation face à un système démocratique idéal « dans le futur »

Le choix est entre porter enfin le pouvoir entre les mains du parlement européen, représentant le peuple, ou voir l’UE stagner dans l’intergouvernementalisme et risquer de se déliter.