Qu’est-ce qu’il a dit, au juste ?

Article publié le 14 janvier 2011
Article publié le 14 janvier 2011
De Rose Kelleher Traduit par Lauranne Paës Photo : Barroso, utilisant un langage d’initié pour courtiser les journalistes rassemblés dans l’atrium hier soir. Il y a déclaré : « Bla bla bla ».

José Manuel Barroso, Président de la Commission européenne, a scandalisé les journalistes rassemblés hier soir dans la salle de presse du Conseil européen en utilisant très sérieusement l’adverbe « holistique » lors d’une déclaration sur les amendements aux traités et sur d’autres points importants. En dépit du fait que ce terme n’a aucune signification et qu’il est davantage associé aux remèdes de grand-mère et à la sorcellerie qu’aux mécanismes financiers permanents, l’entourage de Barroso a confirmé qu’il avait en effet utilisé ce terme intentionnellement et que sa langue n’avait pas fourché accidentellement, comme présumé dans un premier temps.

Un représentant de la Commission a ainsi défendu le choix du terme utilisé par le Président : « Finalement, il y a une certaine cohérence. En effet, les personnes impliquées au niveau européen sont la plupart du temps liées par cet élan de créer des initiatives par la maitrise de ce genre d’expressions afin de les rendre uniformes dans le contexte d’un environnement partagé ».''

Ce message a dû être envoyé à la DG trad(uction) pour être déchiffré. Ils pensent, mais ils n’en sont pas certains, que ce commentaire avait pour but de signifier que « Barroso travaille pour la Commission et ils parlent tous de cette manière »''.

Afin de souligner l’importance de l’issue des discussions entre les 27 chefs d’Etat, Barroso fit usage du terme « radical » à deux reprises. « Nous avons effectué des changements radicaux, extrêmement radicaux."Il utilisa également le terme « cohérent » beaucoup trop souvent dans son discours de dix minutes. S’il fut convenu que quelque chose d’important a effectivement été dit, les journalistes étaient beaucoup trop occupés à se taper la tête contre les murs du bâtiment Justus Lipsius pour comprendre ce que c’était.