Quelle éducation sexuelle à l'âge du numérique ?

Article publié le 2 octobre 2014
Article publié le 2 octobre 2014

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Des études rapportent que l'augmentation des agressions sexuelles en Grande-Bretagne va de pair avec une éducation négligée. Pourtant si les pratiques sexuelles évoluent, l'éducation doit s'adapter. Comment le programme de nos chers professeurs embarrassés par les phallus en polysthyrène peut-il être amélioré pour dépasser les leçons sur les grossesses non désirées et les MST ?

Tandis que les générations précédentes découvraient le monde mystérieux du sexe, en tombant sur un magazine érotique découpé ou en lisant abassourdies le journal intime de leur aîné, les enfants d'aujourd'hui répondent à leur curiosité par la pornographie sur Internet - fenêtre ouverte sur l'irréalisme et la brutalité. Le problème, c'est que sans leur expliquer les tenants et les abouttissants de cette industrie, les enfants sont plus à même d'avoir des conceptions dangereuses et illusoires du sexe.

Visionner du rape porno en 6ème

Molly, assistante pédagogique d'un collège anglais, voit que les enfants de 10 à 11 ans partagent déjà des vidéos pornos sur leurs smartphones. "Non seulement ces vidéos ont des répercutions sur leur conception du sexe et du corps des uns et des autres, mais elles font l'apologie du viol et des femmes subissant des pratiques sexuelles avilissantes. L'école doit expliquer que l'industrie de la pornographie est dirigée par des hommes, pour les hommes et pour faire du profit, que le sexe ne ressemble pas réellement à ça et que personne ne devrait se sentir oppressé par la volonté d'un partenaire qui aurait vu des pratiques sur Internet."

Envoyer des SMS à caractère sexuel, le sexting, est une autre mode qui s'est vite propagée et qui n'est toujours pas appréhendée par les programmes scolaires. La combinaison de la curiosité d'un enfant et l'accès facile aux caméras sur leur téléphone mène inévitablement à l'échange de photos intimes. "Ce qui arrive, c'est lorsque une relation amoureuse s'achève, les photos sont souvent envoyées à d'autres personnes comme une sorte de revanche pour faire passer une fille pour une pouf et un garçon pour un porc, flanquées de quelques commentaires désagréables sur leur corps." Au Royaume-Uni, une nouvelle mesure de "e-sécurité" vient d'être établie pour gérer les risques sur la toile. Elle protège apparemment les enfants grâce à des logiciels de contrôle sur le web et de répression du harcèlement. Mais le hic, c'est que lorsque les écoles tremblent devant Ofsted [organisation d'inspection académique britannique, ndt] et montrent qu'elles la mettent en place, cela ne veut pas dire qu'elles enseignent réellement l'e-sécurité. Une école peut très bien interdire l'usage des smartphones, mais cela n'empêchera pas les enfants de regarder du porno ailleurs. Les professeurs et les parents peuvent choisir d'éviter de parler de tels sujets, dans l'espoir naïf de préserver l'innocence des enfants, mais les laisser s'éduquer eux-mêmes sur Internet est bien plus néfaste.

Donner des armes aux filles pour leur sexualité

Ce tort fait aux enfants peut se traduire en événements choquants, tel que le viol de Steubenville aux États-Unis, où un groupe d'adolescents de 16 ans a filmé une jeune fille en train de se faire violer, avant d'en envoyer les images à leur amis et sur les réseaux sociaux sous des airs de plaisanterie. Malheureusement, ce cas n'est pas isolé et contribue à normaliser le viol dans notre société. Molly pense que les écoles ont besoin de développer une discussion autour de ces viols et d'y introduire la théorie. "Les écoles sont en train d'enseigner les choses sérieuses telles que la reproduction humaine, les MST et la grossesse, sans évoquer les relations amoureuses et des dynamiques de pouvoir du sexe. "Elle constate qu'au lieu de cela il faudrait que l'on ouvre le débat sur le consentement à n'importe quel type de relation sexuelle. "Par exemple, les théories féministes rudimentaires devraient être utilisées pour parler du harcèlement sexuel. On peut expliquer que dire à une femme qu'elle a une belle poitrine ou la klaxonner en voiture peut la fragiliser, la dégrader et l'embarrasser. "Selon Molly, on devrait éviter d'utiliser des manuels sans âme et développer la parole autour de toutes les dimensions du sexe : les SMS à caractère sexuel, les photos, le porno, la masturbation, la sodomie, le consentement à un relation sexuelle et à l'attouchement de manière générale. "De telles leçons permettraient aux filles de se sentir mieux armées face à leur sexualité et à leurs relations ; il ne faut pas forcément faire ce que disent les garçons."

"Where Did I Come From?" Un classique de l'éducation sexuelle des années 1980, commenté par Howie Mandel. 

On suggère aussi de commencer l'éducation sexuelle plus tôt pour l'améliorer. Les Libéraux-Démocrates ont récemment proposé de commencer l'éducation sexuelle à 7 ans dans le but d'informer et de protéger les enfants face aux risques d' Internet. Même si cette proposition a suscité la polémique et a été montrée du doigt par le parti conservateur, cette idée mérite d'être suivie. Elle a été appliquée en Allemagne, dans le länder de Berlin où l'éducation sexuelle commence à 5 ans. Le lancement de ce nouveau programme a suscité de vives réactions, plus particulièrement au sujet d'un nouveau manuel intitulé "D'où est-ce que je viens ?", dans lequel les personnages de Lisa et Lars montrent comment mettre un préservatif et expliquent ce que sont les orgasmes.

Suite aux plaintes des parents et au grabuge des médias, le manuel a été retiré du programme, jugé trop prématuré pour les besoins de petits de 5 ans. Le programme envisage maintenant l'enseignement de l'anatomie, de l'homosexualité et des comportements sexuels inappropriés dans l'espoir de donner de bonnes bases aux enfants, tout en étant attentifs à leur propre corps, en comprenant la sexualité et en reconnaissant la maltraitance.

Florian et Pia vivent à Berlin avec leurs deux enfants. Ils sont favorables à l'introduction de l'éducation sexuelle dès le plus jeune âge. Ils s'accordent aussi sur le fait qu'elle doit être menée de manière adaptée à l'âge. Pia explique "qu'il n'y a aucun sens à vouloir laisser de côté un sujet qui est très présent dans l'esprit des enfants."