Quel futur pour les énergies « propres » ?  

Article publié le 19 juin 2016
Article publié le 19 juin 2016

Pour comprendre quelles sont les nouveautés les plus innovantes en matière d’énergies renouvelables, cafébabel s’est rendu à la EUSEW, l’événement organisé par la Commission européenne à Bruxelles. Rencontre entre entreprises locales, chercheurs, et institutions engagées dans le développement des énergies « propres ».

L’Europe aspire à devenir le leader en matière d’énergies renouvelables dès 2030 avec 27% d’énergies produites de sources renouvelables. Un effort qui ne répond pas seulement aux exigences environnementales. Le thème est d’ordre politique. Le marché du pétrole et du gaz sous-tend des relations de dépendance entre des Etats souvent instables, un marché fragile et au traitement invasif pour l’environnement.

Une longue bataille référendaire vient de se terminée en Italie pour empêcher le renouvellement du permis de forer en mer. Le référendum n’a pas atteint le quorum, mais la question reste ouverte.

D’après Marie Donnelly, directrice de la DG Energie à la Commission européenne, les dilemmes non résolus du nucléaire détermine les contrastes les plus durs entre les 28 membres.  A prix compétitifs sur les factures correspondent des coûts publics élevés. Les projets de nouvelles centrales n’aboutissent pas, alors qu’à l’heure actuelle les prix flambent de manière disproportionnée par rapport aux estimations initiales.

L’Allemagne a calculé que pour démanteler l’une de ces 12 centrales nucléaires, cela lui coûtera 1,2 milliards d’euros. Et cela sans même prendre en compte tous les risques connus associés aux défaillances. La catastrophe de Fukushima est juste à l’angle et les conséquences à long-terme pour les populations sont toujours méconnues. Dans ce cadre, les énergies renouvelables pourraient jouer un rôle de ‘pacification’ et d’indépendance énergétique.

Cafébabel a essayé de découvrir quels sont les projets les plus ambitieux et les stratégies les plus efficaces présentés lors de la Semaine de l’énergie durable à Bruxelles. Car ce n’est pas seulement une question de comment produire une énergie plus « propre ». Nous devons également comprendre comment préserver l’existant, pour améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments et des transports, aussi bien dans le secteur public que dans le secteur privé. Mais également pour comprendre comment les citoyens peuvent participer et bénéficier du meilleur tournant énergétique.

Utopie et innovation pour rendre l’eau potable

Parmi les projets financés par HORIZON 2020, le programme de la Commission européenne dédié à la recherche et l’innovation, Watly attire notre attention par son mélange d’utopie et de simplicité extrême. L’aspect technologique a été développé en Italie et géré en Espagne. Watly devrait pouvoir rendre l’eau potable et accessible là où elle est polluée ou simplement salée grâce à un ordinateur thermodynamique. Basé sur un système d’unité modulaire et recouvert de panneaux photovoltaïques, Watly devrait également fournir de l’électricité dans des endroits reclus et donner un accès wi-fi, ainsi que devenir une piste d’atterrissage pour drônes.

Le projet, encore en phase de perfectionnement, a déjà reçu de l’attention internationale, autant par des médias tels que CNN et The Guardian que par de grands investisseurs et des centres de recherches tels que l’Agence Spatiale européenne. D’après l’enthousiaste Marco Antonia Attisani, fondateur et directeur exécutif de Watly : « idéalement, nous aimerions nous tourner vers les marchés africain et moyen-oriental. Mais un système de ce type pourrait également être utile pour les petites comme les grandes îles de la Méditerranée ayant des problèmes d’eau comme la Sicile. »

Projets locaux et profits partagés

Si Watly appartient seulement au futur, pour le moment présent il existe d’autres projets construits et promu par l’Institut pour la politique environnementale européenne (IEEP) pour le compte l’Agence Internationale de l’Energie et en collaboration avec IEA-RETD Renewable Energy Technology Deployment .  L’IEEP a fait des recherches comment Amburgo est devenue la capitale de l’éolien, avec près de 1 500 entreprises et 25 000 personnes impliquées dans le secteur.

Les énergies renouvelables ne sont cependant pas des prérogatives de grandes villes. Mais ce sont les projets locaux, conçus spécifiquement pour certains quartiers, ceux qui peuvent changer radicalement la vie des petites communautés sur le plan énergétique et celui de l’emploi. Comme cela s’est passé au Nord de la France à Saint-Dizier et à Le Mené où ont été installés des implants thermiques alimentés par la biomasse. Ou encore sur la péninsule de Furness (Royaume-Uni) où ont été créés quatre parcs éoliens.

D’après Kamila Paquel, coordinatrice de projets à l’IEEP, « un des secrets pour le succès d’un projet local est le networking. Il est important que les compagnies qui veulent investir dans les communes puissent les rencontrer pour créer une confiance et un consensus autour du projet. Il est important de partager les profits, pour que même avec de petits investissements, les villes puissent en tirer des bénéfices économiques. »  Si parfois pour attirer l’attention des communautés locales une simple analyse coût-bénéfice bien faite est suffisante, parfois il est nécessaire de convaincre les dirigeants des possibilités offertes par les énergies renouvelables. « Il n’y a pas de ‘recette’, explique Kamila, il y a des cas ou seulement une ou deux figures charismatiques parmis des dirigeants de la communauté et croyant aux énergies renouvelables et à ces innovations suffisent. habituellement seulement une ou deux figures charismatiques croyant aux énergies renouvelables et à ces innovations suffisent. Dans tous les cas, les citoyens doivent être informés correctement. »

Des dirigeants charismatiques pour des villes ambitieuses

Pour pouvoir trouver un dirigeant charismatique et convaincu du soutien nécessaire pour les énergies renouvelables, il suffit de regarder la ville de Ghent et de son maire Daniel Termont, qui a fait de l’efficacité énergétique sa priorité. L’aspiration et la neutralité climatique devraient être atteint pour 2050.

Pour atteindre un objectif aussi ambitieux, l’administration a commencé par aider les citoyens avec des conseils gratuits (techniques et financiers) pour rénover leurs habitations. Remplacer les châssis, imperméabiliser les toits, et utiliser des appareils électroménagers à basse consommation font partis des premières étapes à franchir pour une maison sûres et accueillante, tout en économisant sur la facture. A Ghent, les initiateurs du projet ne sont pas partis du constat que l’énergie est un privilège mais bien un droit, et les premiers à bénéficier de l’aide sont les populations vulnérables qui, souvent, habitent dans de vieilles maisons et souffrent de cette situation de précarité énergétique

City of Ghent: Climate Alliance , Ghent 2050 / Stad Ghent

Moins de méfiance et plus d’investissement privés

Mais que manque-t-il pour accélérer le procédé ?  La DG Energie prévoit de renforcer l’investissement privé, mais pour se faire, plus de financements et de prêts sont nécessaires.  L’exigence d’entrer plus de liquidités entre en conflit avec une certaine méfiance vis à vis des énergies renouvelables. Les banques ne saisissent pas le concept de l’efficacité énergétique. Il serait temps que quelqu’un se dépêche pour leur expliquer ! 

___

Cet article a été rédigé dans le cadre du partenariat de cafébabel avec la Semaine européenne de l'énergie durable.