Que pensent les Américains de l'europe ?

Article publié le 7 janvier 2014
Article publié le 7 janvier 2014

Si certains sont conscients des désaccords entre l'UE et les États-Unis, ils pensent que ces différences peuvent être positives . Selon de jeunes américains que nous avons interviewés, le Vieux Continent est toujours considéré comme le décor de cultures riches et variées. Et se lit bien au delà du prix d'une bouteille de lait. 

Bien que travaillant ensemble en tant que partenaires politiques, économiques et militaires depuis plusieurs décennies, les relations Europe/États-Unis traversent une période difficile à la suite du scandale d'espionnage de la NSA. Nous avons eu beaucoup d'échos sur le ressentiment européen envers l'espionnage américain, mais que pensent les Américains de l'Europe ?

Les relations entre l'Europe et les States ont traversé dernièrement une période difficile. Le partenariat remonte aux limbes transatlantiques et se trouve coincé entre le scandale choquant qui a révélé que les États-Unis ont espionné les citoyens ainsi que les acteurs politiques européens et un accord commercial historique et hautement profitable. Mais au-delà de la politique et de l'opinion d'une journaliste de Newsweek cloîtrée dans le VIème arrondissement de Paris, que sont réellement les relations trans- atlantiques ? Plus précisément, comment les Américains perçoivent-ils l'Europe ? En tant qu'Italien en stage dans le sud-ouest de l'Amérique, j'ai décidé de demander à des étudiants de l'Université du Nouveau-Mexique ce qu'ils pensent de l'Europe et comment ils jugent la récente affaire d'écoutes.

TOUT SE RAPPORTE à L'éCONOMIE

En premier lieu, je voulais savoir ce que les jeunes américains éduqués connaissent de l'UE. En général, très peu de choses. En fait ceux qui connaissent quelque chose sur l'UE s'arrêtent au côté économique de l'Union. Par exemple pour Paul, étudiant en gestion, l'UE est « une collaboration de pays s'efforçant d'homogénéiser leurs économies ». Les personnes que j'ai interrogées ont tendance à confondre l'UE et la zone euro, affirmant, comme Kathrin, que les pays de l'UE « utilisent pour la plupart la même monnaie », ou, comme Monique, que l'UE « est un groupe de différents pays qui ont une seule monnaie, l'euro ».

Un sondage réalisé en 2012 par pweglobal.com, révèle qu'un Américain sur deux a une vue favorable sur l'UE en tant qu'institution. Cependant, ce pourcentage est de cinq points inférieur à celui de 2011. L'opinion des étudiants est légèrement plus positive que celle de la population globale. Paul exprime le jugement le plus favorable : « l'UE est une façon géniale de partager des informations et de commercer entre les pays. » Savanna explique que lorsqu'elle pense à l'Europe, elle pense d'avantage à la façon dont les Européens perçoivent les États-Unis. « Je crois que les Européens ont une opinion favorable de l'Amérique à cause de sa culture populaire, mais d'un autre côté ils sont parfois ennuyés par la manière dont l'Amérique se décrit. »

D'après le même sondage, la plupart des pays européens perçoivent positivement les États-Unis. Dans l'autre sens, en 2012 l'Italie fut le chouchou de l'Amérique avec 74% d'opinion favorable, suivie par la Pologne et la France avec 69%. Le pays avec le moins de capital sympathie était la Grèce, créditée de seulement 35% d'avis favorables. Néanmoins, beaucoup de jeunes américains ont l'impression que les Européens ne les aiment pas. Michael, par exemple, éprouve du ressentiment et pense que beaucoup de pays européens, « sont suffisants. Ils n'aiment pas l'Amérique quoique l'on fasse. Oui on a fait des erreurs, quel pays n'en fait pas ? »

DES COUTUMES RICHES ET VARIéES

Si certains sont conscients des désaccords entre l'UE et les États-Unis, ils pensent que ces différences peuvent être positives. Selon Paul, « le fait de se critiquer et de partager différents points de vue est bénéfique pour tous ». Le Vieux Continent est toujours considéré comme le décor de cultures riches et variées. « Chaque pays européen est très attaché à sa culture », nous dit Raoul. Monique ajoute que l'Europe « est un groupe animé de pays qui ont trouvé le moyen de s'entendre tout en conservant leur propre histoire et leur héritage ».

En ce qui concerne le scandale de l'espionnage de la NSA, beaucoup de jeunes américains que j'ai interrogés ont pris le parti de l'Europe. « Je suis très choquée et déprimée pour mon gouvernement, dit Kathryn. C'est comme s'ils se moquaient des relations internationales. » Pour Michael, « ces décisions ont été prises par quelques personnes à Washington, le besoin d'espionner des pays amis n'est pas partagé par beaucoup d'Américains. » Monique espère que « de nouvelles lois aideront à l'avenir à éviter ce type de comportement ». « C'est ironique que alors que les Américains sont vraiment concernés par les droits, ils espionnent les autres pays, remarque Savanna. Et je ne pense pas que le président Obama ait eu raison. »

Comme d'autres étudiants, Raul, pense qu'« aux yeux du public l'espionnage pourrait affecter négativement les relations UE-USA parce que notre gouvernement s'est fait prendre, mais chaque pays ou chaque région économique a des espions ». Paul constate qu' « il était hypocrite » que certains pays européens expriment leur indignation pour avoir été espionnés, « alors que je suppose que presque tous les pays ont des techniques pour collecter des informations sur les autres, même sur leurs alliés ». Cependant il admet que, « les États-Unis sont peut-être allés trop loin ». Le développement des critiques sur les relations transatlantiques ces derniers mois aura sans aucun doute joué un rôle significatif sur les perceptions des jeunes américains sur l'UE pour les années à venir.