Quand opéra et hockey se rencontrent... à Prague

Article publié le 3 mai 2004
Publié par la communauté
Article publié le 3 mai 2004

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Comment s'habiller pour aller voir un opéra sur le hockey ? Comme pour aller à l’opéra ou comme pour un match de hockey ? Un nouveau venu réalise cette synthèse sur la scène de l’opéra tchèque.

Nagano : voila quelque chose de neuf pour les spectateurs tchèques, mais aussi pour ceux qui sont à l’étranger. Ont collaboré à cette œuvre moderne : Jaroslav Dušek (acteur tchèque et co-producteur avec Martin Smolka), Boek Šipek (interprète tchèque et architecte), et Ondej Havelka (acteur tchèque et chanteur, régisseur de l’opéra). Nagano devrait rappeler aux Tchèques que leur équipe de hockey a remporté la médaille d’or aux Jeux Olympiques de 1998 à Nagano. Le fait que même une petite nation au milieu de l’Europe puisse se faire un nom dans le monde du sport, mais aussi dans d’autres domaines, devrait être célébré.

Une entreprise risquée

Un scénario drôle et une bonne production ne suffisent cependant pas à garantir le succès d’un opéra. Montrer du hockey dans un opéra a suscité l’intérêt du public et des médias. Mais ce nouveau style de production artistique suscite aussi la méfiance. Il y a toujours une part de risque dans les projets d’opéra, mais choisir comme sujet le hockey plutôt que la vie de Charles IV de Luxembourg, par exemple, semble plus périlleux. Pourtant, Nagano réussit à se maintenir à flot à un moment où la population est partagée entre sentiment de respect pour l’exploit des joueurs de hockey et impression d’absurdité face à leur statut de héros modernes nationaux.

Il est vrai qu’il y a des vulgarités de langage dans cet opéra, et on pourrait soutenir qu’il n’a rien à faire sur la scène du Stavovské (Théâtre national de Prague). Mozart et Dvoák se retournent peut-être dans leur tombe car mélodies longues ou complexes ont disparu, remplacées par une musique aux allures de mosaïque qui puise à la fois dans le meilleur des compositions actuelles et dans des traditions musicales plus anciennes. Ce n’est pas un hasard si les interprètes semblent à la fois aimer et attaquer leurs lignes. Smolka offre une large gamme d’instruments vocaux, allant du chant à la parole. Au final : une pièce de théâtre intelligente.

Reconquérir un nouveau public

Mais ce genre artistique appartient-il à l’opéra moderne, ou ses créateurs se sont-ils trompés et composé une comédie musicale et non un opéra ? Il est vrai que Nagano sonne le glas des opéras classiques. On ne compose plus d’œuvres telles qu’Aida, Tosca, Madame Butterfly, ou Prodaná nevsta. L’opéra ne s’inspire plus de l’histoire et de mythes antiques, mais plutôt de sujets actuels capables d’intéresser le plus de monde possible – y compris la jeune génération, qui associe l’opéra aux anachronismes plutôt qu’à une expérience culturelle d’actualité. Les jeunes semblent plus vouloir s’amuser qu’apprendre, et ce projet original peut donc les intéresser. Ce nouvel opéra tchèque fera peut-être partie de l’identité nationale tchèque moderne.

Tout le monde peut se faire son opinion, mais si vous êtes un fan de La flûte enchantée de Mozart, allez voir Nagano au lieu de rester chez vous à regarder la télé.