Quand les dés sont pipés d’avance

Article publié le 8 mai 2012
Article publié le 8 mai 2012
Par Lucie Dupin 2012, année sportive. Le continent européen accueille deux grands événements, l’Euro de football et les Jeux Olympiques. Autant d’occasions de faire tourner les machines à sous, autrement dit, les paris sportifs. Le Conseil de l’Europe met pourtant en garde contre le trucage de matchs et prône éthique et bonne gouvernance en matière de sport.

Le dernier scandale en date, un soupçon de trucage de matchs dans la Ligue espagnole de football. Si les grandes compétitions sportives à travers le monde ont généré en 2011 un chiffre d’affaires estimé à 500 milliards, le football représente à lui seul la moitié des mises de paris. Or, sur les 15 000 sites de paris sportifs au niveau mondial, 85% sont des sites illégaux, souvent aux mains des mafias. Et c’est bien ce que met à jour le documentariste Hervé Martin Delpierre. Un rythme haletant digne d’un polar, dans lequel les crimes entachent le monde sportif. C’est le côté de la médaille peu reluisant que donne à voir le documentaire Sport, mafia et corruption. (diffusé sur Arte, ce 08 mai, 20h45). Selon cette enquête, plus de 400 matchs de football sont suspectés de trucages en Europe. L’Europe, objet de spéculation pour la planète entière. Puisque par exemple, un match de foot de deuxième division italienne engendre jusqu’à 23 millions d’euros de mise, en provenance d’Asie. Les paris sportifs, bien qu’interdits en Chine, sont autorisés à Hong-Kong, plaque tournante des paris sportifs, qu’il s’agisse de la cinquième ligue de foot en Angleterre, de courses de chevaux ou encore de tennis.

« L’économie du sport prise en otage »

Et c’est dans ce contexte que les parlementaires du Conseil de l’Europe plaident en faveur de mécanismes pour limiter le trucage de matchs et de paris illégaux. Ils appellent les gouvernements à « interdire les paris sur les compétitions les plus vulnérables à des tentatives de corruption. « L’économie du sport est menacée et prise en otage » selon Anne Brasseur, parlementaire luxembourgeoise (ADLE) au Conseil de l’Europe. Elle est rapporteuse de l’enquête sur la nécessité de combattre le trucage de matchs. Le rapport a été adopté lors de la session de l’Assemblée parlementaire en avril. La faille, également, l’absence de coordination européenne en matière de réglementation des paris en ligne. La France les a par exemple autorisés en 2010, au moment de la coupe du monde de football. L’Allemagne non. Enfin, seulement 10 pays au monde disposent d’une législation contraignante en termes de fraudes sportives. Encore un long chemin vers l’harmonisation des cadres législatifs et la mise en place d’instruments internationaux.

Sport, mafia et corruption, un documentaire d’Hervé Martin Delpierre, à voir ce 08 mai, sur Arte, 20h45