Quand efficacité énergétique rime avec bénéfice économique

Article publié le 9 décembre 2011
Article publié le 9 décembre 2011
Par Lucía Martín Noya Au Sommet Européen, tous les regards sont rivés sur la crise et l’accession de la Croatie. Dernier point à l’ordre du jour, le Conseil discutera également de la Directive efficacité énergétique, dont les enjeux sont aussi économiques.

Le Plan d’action pour l’efficacité énergétique proposé par la Commission en mars 2011 est à lire dans le cadre plus global de la Stratégie Europe 2020 pour une croissance intelligente et soutenable. Pour les chefs d’Etat réunis à Bruxelles, le projet de Directive est encore perçu comme trop contraignant.

Sans accord, l’échec des négociations pèsera directement sur la lutte contre les émissions de carbone et la sécurité de l’approvisionnement en énergie, mais également sur la compétitivité de l’Europe. Car, concrètement, les mesures prévues dans la Directive concernent l’effort de tous pour un usage plus efficace de l’énergie, de la transformation à la distribution, que ce soit dans le secteur public, privé, industriel ou les espaces de production.

Pour Günther Oettinger, Commissaire européen de l’énergie, l’objectif est d’aider les consommateurs, les pouvoirs publiques et l’industrie dans la gestion de leur consommation d’énergie : « cela pourrait se traduire en factures énergétiques moins élevées et dans un nombre potentiel de nouveaux postes de travail en Europe ». Au delà des bienfaits pour l’environnement, la réduction de la facture énergétique et de la dépendance aux matières premières permettrait d’équilibrer la balance commerciale de l’UE et d’investir dans les secteurs de recherche et d’innovation pour l’industrie européenne.

Pour le secteur public, on estime à deux millions le nombre d’emplois créés grâce au Plan énergétique, et une révision des objectifs est déjà prévue pour 2014.