Putain, putain, c'est vachement bien...l'europe ça DeChir Je Kif trop !

Article publié le 9 octobre 2008
Publié par la communauté
Article publié le 9 octobre 2008
Commençons par le commencement, pour ceux qui ne connaitraient pas encore la chanson de Arno, au sein du groupe TC Matic, cliquez sur play ( les autres aussi d'ailleurs) : Découvrez Arno! Vous y êtes ? On est dans les années 80 !

C'était le bon temps de la synth pop, du post punk et de la new-wave, genres musicaux bien de chez nous, à l'aise comme nulle part dans les friches industrielles du vieux continent, squelettes de métal et de pierres d'une histoire tourmentée.

C'est que dans les années 80, l'europe était encore salement couturée de frontières bien réelles : il fallait faire la queue devant des uniformes, montrer son passeport, se faire fouiller les poches, attendre, attendre...

Pas question non plus d'aller étudier en Espagne ou a Londres. On passait toute sa vie enfermé dans le national-park et il était dur d'en sortir pour autre chose que de brèves vacances. Sans parler de ceux qui étaient du mauvais coté du mur.

Mais les choses évoluaient deja rapidement. L'acte unique de 1986, signé par les états membres de la CEE d'alors, prévoyait rien de moins que supprimer toutes les frontières restantes. Wow.

Alors, c'est clair, c'est Arno qui a raison, putain, on est tous des européens quand même, et c'est vachement bien. Il le chante d'ailleurs en mélangeant des bouts de français, néerlandais et anglais, ce qui pour un Belge peut sembler relativement naturel, quoique...

Ce n'est toutefois pas la seule fois qu'il réalise se genre d'hybridations, puisque Arno est habitué à faire se côtoyer la guitare et l'accordéon, le français et l'anglais tout au longs de sa carrière.

J'étais tout juste ado à l'epoque et comme dirait un djeun d'aujourd'hui, supprimer les frontières, faire "un seul" pays, ça "déchirait sa race", je "kiffais a mort". Même un post punk destroy, surtout un post punk destroy comme Arno ne pouvait que trouver ça vachement bien. Sous les technocrates et les quotas laitiers, l'espoir était à saisir.

Arno est loin d'être le seul à se saisir du rêve européen. Mais il est l'un des rares à l'avoir exprimé à sa façon, bien loin des immeubles miroirs étincelants de Bruxelles et des eurocrates en costard: sur une basse syncopée et minimale à mi chemin de New-order et d'un funk classique, avec une voix de Brel mutante et cassée, le tout ressemblant plus aux errements d'un type bourré qu'aux discours d'un ministre.

Arno n'a d'ailleurs certainement rien à foutre des politiciens et des -istes ( il n'est pas cycliste, ni footbaliste, ni communiste...) qui nous divisent. En tout cas, il n'en est pas moins européen pratiquant en plus d'être croyant.

Et oui, putain, c'est vachement bien quand même quand on y pense, être tous des européens après s'être tant foutu sur la gueule.

En 2014, on fêtera le début du grand étripement, la Méga-Rave de nos arrières grands parents: la guerre de 14, la der des ders qui ne fut qu'un prélude à l'holocauste de 39-45.

Tout commença par l'assassinat du duc machin-chose dans les Balkans.

Aujourd'hui, presque 100 ans après, au même endroit, en Bosnie ou au Kosovo, les cadavres des femmes, des enfants, et des vieillards, éventrés ou tués d'une balle dans la tête en pleine rue (au choix), viennent à peine d'être enterrés que déja les anciennement Yougoslaves frappent tous à la porte de l'Union Européenne !

Et oui, putain, on est quand même tous des européens, et ça seraient vachement bien d'arrêter (enfin) nos conneries. Un pays pour tous, et fini d'être des putains d'assassins, nous, les européens.

Alors finalement Arno est triplement provocateur

A l'epoque, il fallait deja sacrément avoir de l'imagination ( et du culot) pour se projeter comme "européen".

Aujourd'hui, alors que la peur et le repli national gangrènent les espoirs et les rêves, le refrain d'Arno est un rappel salutaire, plus cassant que jamais : quelques soient nos différences ( riche ou pauvre, pédé ou pas...), quelques soient les désaccords, c'est vachement bien d'être tous européens.

Et cet Hymne Européen authentique, il le fait dans une forme qui ferait pâlir d'indignation un eurocrate.

Libre d'esprit, libre tout court, européen. Vive Arno.

Références :

Arno bio sur wikipedia

Les paroles :

Je ne suis pas une communiste

Je ne suis pas une cycliste

Je ne suis pas une catholique

Je ne suis pas une footbaliste

Allez allez circulez

Avec ton cul de pede

J'aime les femmes

J'aime les garcons

Et comme j'ai déjà dit

J'aime les zizis

Refrain : Putain putain

C'est vachement bien

Nous sommes quand meme

Tous des Européens

Ne korte dikke stoot alles

In stikken

Ne lange dunne doet deugd

Vanbinnen

'k heb een kleintje maar

'k schiet verre *

Il y a des gens qui parlent

Beaucoup

Mais ne disent rien du tout

Il y a des gens qui crèvent

De faim

Refrain

Jolie demoiselle

Prend mes mains

Le samedi soir tout le monde

Prend un bain

the rich may be rich

the poors may be poor

they all beat the shit

of each other

Refrain (2x)