Prof de yoga et homme de paix

Article publié le 14 mars 2011
Article publié le 14 mars 2011
par Bertrand Habay La cinquantaine, longue queue de cheval, petites lunettes rondes à la Lennon, l’air zen mais un costume impeccable, Claude Turmes, un des protagonistes de la politique de l’environnement et de l’énergie au Parlement européen, ne passe pas inaperçu. Mais sous ce look décontracté se cache un homme convaincu et passionné.
Portrait d’un ex-prof de yoga et d’éducation physique devenu eurodéputé.

Claude Turmes entre dans le groupe des Verts du Parlement européen pour la première fois en 1999. Mais son engagement écologique, il l’a commencé dans une ONG luxembourgeoise, le Mouvement écologique, dans les années 1980. Il a également été secrétaire de l’antenne bruxelloise des « Amis de la Terre », une autre ONG environnementaliste dont il deviendra vice-président. Jusque là, rien de bien étonnant dans les parcours de l’eurodéputé.

En 1983, il obtient une licence en éducation physique et sportive à l’Université Catholique de Louvain-la-Neuve. Après un stage de trois ans, il va enseigner l’éducation physique jusqu’en 1999 dans plusieurs lycées luxembourgeois. Il enseigne également le yoga. Pas un parcours banal pour un parlementaire. Qu’est-ce qui, dès lors, à pu pousser le Luxembourgeois à entrer en politique ? « L’écologie est une passion mais aussi une conviction », confie-t-il. Tout comme la gymnastique et le yoga.

En 1989, Claude Turmes effectue un DESE (Diplôme Européen en Sciences de l'Environnement) à Nancy, qu’il termine un an plus tard. En 1999, le parti écologique luxembourgeois Déi Gréng lui propose une place sur les listes aux élections européennes. « J’ai accepté car je voulais pouvoir agir et influer sur les institutions européennes. »

Son entrée en politique ne va pas lui faire oublier les enseignements du yoga. Sensible au développement de chaque pays du monde, il rajoute cependant aux différents piliers socio-économiques à améliorer un pilier dont le développement personnel par toutes sortes d’activités saines telles que le piano et le yoga est au centre. Mens sana in corpore sano.

Depuis son entrée au Parlement, Claude Turmes s’est montré très actif. Tellement même qu’il s’est vu décerné le surnom de « Superturmes ».En 2008, son engagement dans le domaine des énergies renouvelables, de l’éco-innovation et du contrôle du lobbying lui vaut l’honneur d’être lauréat du prix du « meilleur député européen », attribué par le magazine européen European Voice.

Une attitude zen, une passion et une conviction pour ce qu’il fait, une recette qui fait de Claude Turmes un parlementaire efficace et apprécié des électeurs. Il affirme d’ailleurs que le Parlement européen, c’est pour lui « l’endroit où contribuer à un monde plus juste et pacifié, un monde en paix avec son environnement. » Un monde en paix avec son environnement et un homme en paix avec lui-même.

Ihecs logoEn partenariat avec l'Institut des Hautes Études des Communications Sociales (IHECS)