Procès de Radovan Karadžić : des plaies toujours ouvertes

Article publié le 26 mars 2016
Article publié le 26 mars 2016

Le verdict à l'encontre de l’ancien Président de la République serbe de Bosnie a été prononcé le 24 mars au Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie de La Haye. Il a condamné Radovan Karadžić à 40 ans de prison pour le génocide de Srebrenica. cafébabel y était. 

« Mon père a été dans un camp de concentration à cette époque, ce procès est extrêmement important pour notre famille. » C’est en ces mots que s’exprime Ajdin Cehic peu avant l’énoncé du verdict final devant le Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), situé au cœur de La Haye, qui a condamné Radovan Karadžić à 40 ans de prison pour le génocide de Srebrenica. Comme lui, plusieurs dizaines de personnes sont venues directement de Bosnie afin d’exprimer une dernière fois leur colère et de rappeler au monde entier les sombres heures de l’histoire de leur pays. Ces manifestants, en majorité des Bosniaques, étaient munis de nombreuses pancartes et de banderoles, avec les inscriptions « génocide » et « crimes de guerre », une liste (sans doute non-exhaustive) des victimes du massacre de Srebrenica ou le drapeau de la Bosnie-Herzégovine.

« Ça a changé ma vie »

Tous n’attendent qu’une chose, la reconnaissance de tous les crimes de l’ancien dirigeant des Serbes de Bosnie, et en particulier que le Tribunal reconnaisse que M. Karadžić a été responsable de « génocides » dans diverses municipalités du pays, notamment à Srebrenica, à l’encontre des populations musulmanes. Azmir Husić, originaire de cette localité est d’ailleurs directement venu de Bosnie pour être présent ici. « Nous avons fait un voyage de près de 1650 km et nous espérons que Karadžić sera puni pour ce qu’il a fait à des centaines de milliers de personnes », affirme-t-il.

Cela fait plus de vingt ans que les familles des victimes attendent ce jugement, c’est donc un jour important pour eux. « C’est un jour historique. J’avais 7 ans lors des massacres. Ça a changé ma vie. Ça fait vingt ans que je suis à la recherche de la vérité », confie Elmina Kulašić.

Le rassemblement s’est déroulé assez sereinement jusqu’à l’arrivée soudaine de Florence Hartmann. Cette ancienne journaliste du Monde et également ancienne porte-parole de la procureure générale du TPIY a publié il y a quelques années un livre, Paix et châtiment, dans lequel elle dénonce les dysfonctionnements de cette juridiction, notamment un accord secret entre les États-Unis et Radovan Karadžić. Elle est ainsi venue s’exprimer de nouveau sur le sujet et a été prise à partie par des policiers. Après quelques minutes de quiproquo total, elle a été arrêtée par les policiers présents sur place et emmenée au Tribunal. 

Ce fait illustre la polémique et la tension toujours aussi fortes autour de ce procès depuis des années. La Bosnie-Herzégovine est encore divisée par ces années de guerre, et l’issue du jugement, alors incertaine quant aux chefs d’accusation retenus contre Radovan Karadžić, laisse certains manifestants dubitatifs. Ajdin Cehic note d’ailleurs que « des manifestations pourraient se produire. S’il est condamné ou non, un côté ou l’autre protestera. C’est une question vraiment délicate ».

Déception après l’énoncé du verdict

Après près de deux heures de monologue du juge, et face à l’impassibilité de l’ancien dirigeant serbe, le verdict tombe : Radovan Karadžić est notamment reconnu coupable de crimes contre l’Humanité, de crimes de guerre et de génocide à Srebrenica. En revanche, il n’est pas reconnu coupable de génocide dans les autres villes bosniaques. Et il écope de 40 ans de prison.

À la sortie, les personnes venues manifester, cette fois plus nombreuses, se sont de nouveau réunies devant le Tribunal, attendant la sortie des familles de victimes ayant assisté au jugement à l’intérieur. Elmina Kulašić affirme qu’elle est émue car c’est un jour très important pour elle et pour toute la Bosnie. Cependant, à l’instar de nombreuses personnes présentes, elle se dit déçue du verdict. Elle affirme d’abord que « toutes les preuves étaient réunies pour reconnaître M. Karadžić coupable de génocide dans les autres municipalités bosniaques », puisque, d’après elle, Srebrenica ne fut que l’aboutissement d’une politique de terreur menée par l’ancien dirigeant et ses partisans pendant des années. D’autre part, elle aurait espéré que l’accusé soit condamné à perpétuité et non à 40 ans de prison, ce qui ne change pas grand-chose au vu de son âge mais a une valeur symbolique réelle. Son sentiment est largement partagé au sein de la foule.

Visiblement, cette sentence ne satisfait personne. À sa sortie, l’avocat de Radovan Karadžić, Peter Robinson, entouré par de nombreux journalistes, a également fait part de sa déception. « J’ai parlé à M. Karadžić après le jugement. Il était déçu et étonné du verdict. Il espérait ne pas être condamné pour génocide et était extrêmement surpris d’avoir été reconnu coupable d’un tel crime. » La réaction de l’ancien président de la République serbe de Bosnie s’inscrit dans la logique de sa défense depuis son arrestation en 2008. La veille du jugement, dans une interview au Balkan Investigative Reporting Network, il avait même affirmé attendre un acquittement.

L’avocat a ajouté que lui et son client allaient « faire appel des dix chefs d’accusation. Nous avons 30 jours pour faire appel de ce jugement. Mais toute la procédure prendra environ trois ans ». Vingt ans après les derniers faits, il va falloir encore attendre quelques années avant de pouvoir conclure cette saga judiciaire.

Les plaies ne sont donc pas prêtes de se refermer.

___

Cet article a été rédigé par la rédaction de cafébabel Bruxelles. Toute appellatoion d'origine contrôlée.