Prêter à rire

Article publié le 2 novembre 2006
Article publié le 2 novembre 2006

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Prêter ses affaires est un geste familier pour la plupart des Européennes. Quelle fille n’a jamais emprunté le dernier top ultra fashion de sa meilleure amie ? Mais gare aux conséquences…Toutes les prêteuses sont un jour ou l’autre d’accord avec le proverbe hollandais qui dit « prêter finira par te faire pleurer. » [« lenen doet wenen »] Comprendre : ta robe préférée a toutes les chances de te revenir tâchée. Le prêt est un sujet sensible. C’est pourquoi les Français aiment à spécifier clairement que l’emprunt n’a qu’un caractère temporaire en lançant un populaire « Il s’appelle 'Reviens'. » Les Italiens font la même chose en prêtant leurs affaires favorites et disent : « il s’appelle Pietro et revient aussitôt » [« si chiama Pietro e torna indietro »]. Les Espagnols se paient eux le luxe d’un jeu de mots : « es de Huelva » [ça vient de Huelva – une ville espagnole] se prononce comme « es de Vuelva » qui signifie « ça revient. »)