Pour un débat sur l’énergie intelligente en Europe

Article publié le 23 avril 2015
Article publié le 23 avril 2015

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Face aux évolutions de la géopolitique actuelle, les inquiétudes sur la sécurité de l’approvisionnement de gaz en Europe dominent les débats politiques et médiatiques actuels. Un débat axé sur le consommateur et une consommation d’énergie plus intelligente en Europe est nécessaire, en prenant l’exemple de l’électricité, qui a le potentiel pour assurer sécurité et efficacité énergétiques.

À une époque où les portefeuilles sur le climat et l’énergie n’ont jamais été aussi interdépendants dans l’élaboration de la politique de l’UE, quand un vice-président de l’Union de l’énergie est en fonction, et où la sécurité de l’approvisionnement et l’énergie durable sont sur toutes les lèvres, promouvoir une politique énergétique adéquate et prévisionnelle semble être un casse-tête pour de nombreux décideurs de l’UE.

L’élan pour une politique énergétique de l’UE plus harmonisée et durable est perceptible depuis un moment : des mots clés comme objectifs d’efficacité énergétique, sécurité de l’approvisionnement en énergie, sources d’énergie renouvelable etc., et plus récemment une Union de l’énergie, sont sans aucun doute dans l’air. Pourquoi et comment l’UE aborde-t-elle cela ?

Les récentes conséquences géopolitiques pour la gestion de l’énergie en Europe

L’agitation politique récente entre l’Ukraine et la Russie a en premier soulevé les enjeux afin de  diminuer la dépendance énergétique de l’UE, de ce fait cela a aussi relancé à un haut niveau les discussions autour de la sécurité de l’approvisionnement en gaz de l’UE. Le gaz est alors devenu un leitmotiv répandu à Bruxelles pendant les débats sur les problèmes énergétiques. Et le récent rapprochement pour le gaz entre la Grèce et la Russie a apporté de nouvelles préoccupations au sujet des pipelines, et surtout sur la « dictature » de l’énergie de la Russie.

Si le gaz était encore une fois à l’ordre du jour au dernier Conseil informel de l'énergie, le débat a aussi mis en lumière d'autres priorités majeures dans le plan sur l’énergie de l’UE : une mise en œuvre de l’Union de l’énergie axée sur le consommateur, une amélioration de la flexibilité de la demande et des solutions pour répondre à la demande, et des possibilités pour prévenir la pauvreté énergétique. En ce qui concerne le financement, le plan « Juncker » pour un Fonds européen pour les investissements stratégiques (FESI) devrait fournir une aide financière importante pour les infrastructures des projets énergétiques et pour soutenir les investissements entre autres en efficacité énergétique.

Revoir la conception du marché énergétique européen avec les pro-consommateurs

Au-delà du macro-niveau d’une politique énergétique abstraite, une approche pour comprendre ces défis énergétiques est de se concentrer davantage sur les problèmes à un micro-niveau, et sur nous, les consommateurs. Nous sommes censés être au centre des 15 points d’action prévus par l’Union de l’énergie, mais cela implique plusieurs changements structurels importants, par exemple une conception revue du marché énergétique, pour laquelle la commission européenne doit soumettre une proposition cet été.

Cela sera primordial d’assurer l’autonomie du consommateur et de ses choix en fournisseur d’énergie. Dans ce but, le Network Balancing Code, développé par le Réseau européen des gestionnaires de réseau  de transport d’électricité (REGRT-E), la Commission et l’Agence pour la coopération des régulateurs de l’énergie (ACER), sera d’une grande importance pour garantir la capacité des mécanismes, la gestion de la demande et pour revoir la flexibilité énergétique, pour laquelle le dégroupage et la totale indépendance des agrégateurs sera primordiale. Mais que sera le rôle du consommateur ?

Un appel pour des réseaux intelligents et une réponse à la demande

Prenons l’exemple de l’électricité comme source d’énergie, il est utile de comprendre comment les consommateurs peuvent contribuer à leur niveau à l’augmentation de l’efficacité énergétique et à plus de flexibilité sur le réseau électrique. C’était un des thèmes de la conférence  de haut niveau InnoGrid+2020 organisée le 1er avril par REGRT-E et par European Distribution Systems Operators (EDSO). Avec l’incitation de la Commission au développement des réseaux intelligents opportuns, les consommateurs devraient pouvoir s’impliquer plus facilement dans le système énergétique, grâce à des compteurs et des applications intelligentes, qui leur fourniront  l’information directement sur leur consommation, mais aussi sur les heures de pointe où les tarifs de l’électricité varient. Ainsi les consommateurs pourront choisir plus efficacement leur fournisseur d’électricité, mais ils pourront aussi évaluer comment économiser sur leurs factures

Les compteurs intelligents possèdent un important potentiel, déjà connu par de nombreux acteurs sur le terrain et dans le milieu universitaire. D’autres défis pour la réalisation sont apparus, notamment reliés aux problèmes de TIC mais également aux arrangements nécessaires entre les différents fournisseurs et les consommateurs. Malgré la complexité d’un large déploiement européen de compteurs intelligents et d’un système énergétique basé sur la réponse à la demande, davantage d’attention devrait se porter sur de telles solutions innovantes et sur leurs promesses d’économie d’énergie et de responsabilité énergétique en Europe.