Pour le Commissaire européen aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe les Roms sont aussi discriminés en Roumanie

Article publié le 22 décembre 2010
Article publié le 22 décembre 2010
par Christa Ludwig Très préoccupé par la question de l’intégration des Roms dans l’Etat et la société civile roumains, le Commissaire aux Droits de l’Homme du Conseil de l’Europe, Thomas Hammarberg, a envoyé le 16 décembre dernier une lettre au Premier ministre roumain, Emile Boc. « Le quotidien des Roms vivant en Roumanie reste marqué par la pauvreté et la discrimination.
Il est urgent que le gouvernement manifeste sa volonté d’améliorer leur situation et engage une action globale à cette fin », a-t-il précisé lors de la publication de cet appel. Cette lettre fait suite à sa visite d’octobre dernier en Roumanie, ainsi qu’à un certain nombre de propos discriminatoires formulés par des personnalités publiques et politiques dans les médias roumains.

Dans sa lettre, le Commissaire accorde une importance toute particulière à la question du logement : en la matière, les discriminations à l’égard des Roms sont malheureusement encore monnaie courante, qu’elles prennent la forme d’une exclusion des services publics essentiels (tels le ramassage des ordures ou l’accès à l’eau courante) ou bien la forme d’expulsions des familles ne pouvant justifier d’un bail. Mais la lettre pointe également du doigt l’épineuse question de l’accès à l’emploi : le taux de chômage très élevé au sein de la communauté révèle les discriminations auxquelles se heurtent les Roms dans le cadre de leur recherche d’emploi. Enfin, le document évoque la problématique de la scolarisation des enfants Roms : nombreux sont ceux à ne pas être scolarisés, et beaucoup quittent l’école avant l’âge légal de fin de scolarisation obligatoire.

Pragmatique, le Commissaire a recommandé au Premier ministre roumain de promouvoir l’utilisation dans les écoles du pays de Fiches d’information sur l’histoire des Roms éditées par le Conseil de l’Europe. Il a rappelé la nécessité de faire connaître le passé ,souvent douloureux, de cette communauté transnationale pour mieux lutter contre les discriminations persistant à l’égard de cette dernière. Comme l’a rappelé le Commissaire, un « rappel historique est aussi un excellent moyen de lutter contre les préjugés».

Ces brèves sont réalisées en partenariat avec la rédaction étudiante du Master Politiques Européennes de l’IEP de Strasbourg